Pensées pour Manu, oncle et parrain décédé ce 19 mars au bel âge de 88 ans

Tu es décédé il y a plus de dix jours maintenant. Je suis venu te rendre un hommage au funérarium, ne sachant me rendre à ton enterrement le lendemain. Je viendrai un jour prochain déposer une fleur sur ta tombe. Mais en attendant, il me restait ce que je sais encore faire de mieux, partager par écrit quelques pensées à ton égard.

A dire vrai, je n’ai pas réalisé tout de suite. On est pris par le temps, les obligations diverses, les soucis du quotidien et professionnels. On a pas assez de temps pour méditer. Ce moment de recueillement, je l’ai eu seulement en me rendant à Rixensart au funérarium.

Ce que je pense, je ne peux le livrer facilement devant des regards extérieurs, même proches. Alors, je le fais par écrit, à froid, seul devant mon bureau.

Souvenirs

Un jour, mon frère et moi t’avons accompagné à DHL qui était ton employeur. Tu étais un homme important et apprécié là-bas. Sympathique et aimable. Cela se voyait et se ressentait dans tes contacts humains. Il y a sans doute des pilotes qui profitent de leur rang élevé pour en imposer mais ce n’était pas ton cas.

Ce jour là, j’ai pu découvrir ton métier qui était aussi ta passion. Monter dans des avions cargos, les visiter, découvrir un poste de pilotage ; ce furent des souvenirs qui restèrent gravés dans ma mémoire, même si je n’en ai que des flashs.

Je me souviens aussi de ce jour, beaucoup plus tard, où tu avais rencontré, à l’occasion d’une fête de famille, un ancien pilote de l’armée avec qui tu avais compagnoné après guerre. Quelle joie pour vous deux de vous revoir, par surprise, et de vous raconter vos anecdotes.

Tu adorais raconter ta riche expérience de vie et c’était toujours fait d’une manière vivante et non condescendante.

Ta passion, c’était aussi tes enfants. Tu étais très fier d’eux et cela se voyait. Je me souviens d’histoires à propos de l’Alaska, du mode de vie, des expériences vécues par Guy, d’un extrait de l’émission des belges du bout du monde, des photos dans le bureau, des articles dans les journaux ou encore des aurores boréales. L’Alaska avait beau être à des milliers de kilomètres, c’était comme s’il ne s’était jamais vraiment éloigné.

Ton autre fils était lui aussi très brillant, avait bien réussi et tu en étais fier.

Je pense que la vie t’a donné ce que tu voulais qu’elle te donne et qu’elle a été belle. Tu as eu celle que tu voulais et cela participait certainement à ta bonne humeur. J’en suis heureux pour toi. Je suis triste de ton départ mais, comme la photo qui était posée sur ton cercueil, je ne peux m’empêcher de penser à toi avec le sourire.

Regret

Nous avions convenu de venir vous rendre visite, à Marie-Thérèse et à toi, avec Florence lorsque le printemps serait revenu. Ça n’a pas pu se faire, c’est dommage. Mais tu as pu revoir tes deux fils avant de partir et c’était certainement le plus important.

En même temps que mes parents reprenaient contact avec vous, j’ai eu, sans m’en rendre compte, la peur de perdre mes souvenirs familiaux. Aujourd’hui, je sais que c’était lié à vous parce que votre santé déclinait à tous les deux. Alors, j’ai commencé à interroger des membres de ma famille et à prendre note pour plus tard de ce qui peut être dit et entendu. J’ai l’ambition un jour d’y mettre de l’ordre et de permettre à mes frères et à mes enfants, neveux, nièces, etc … de découvrir un peu mieux la vie de leurs ancêtres.

Toutefois, ce vendredi où je suis venu te rendre hommage, j’ai eu cette pensée que ce travail, c’est avec toi que j’aurais dû le commencer. Malheureusement, j’ignorais que tu nous quitterais si vite. On ne s’imagine jamais que cela va arriver. On pense toujours qu’on aura tout le temps. Mais c’est faux, tu es parti et je n’ai pas pu venir t’écouter me raconter une dernière fois tous tes souvenirs d’une vie trépidante. Et je n’ai pu les coucher sur écrit. C’est là mon plus grand regret sans doute.

Je sais que mes parents continueront, autant que leur propre santé le permet, à veiller sur Marie-Thérèse. Je sais aussi que tu ne voulais pas la laisser seule, mais la vie est parfois cruelle. Repose en paix, Manu.