Bilan et rétrospective 2019

Comme chaque année, petit retour sur l’année écoulée.

Lectures

Pour retrouver mes derniers articles lectures, rendez-vous ici.

Cette année, j’ai pu lire beaucoup plus que les années précédentes : 126 livres et BD. D’abord parce que ma fille lit de plus en plus et que je lis souvent ce qu’on achète pour elle, soit à voix haute le soir, soit pour moi-même tout simplement. Ensuite, parce que j’ai voulu me faire plaisir durant les vacances et que j’ai relu, complété et racheté quelques anciennes collections. Enfin, parce que j’ai l’objectif d’enfin vider ma pile à lire et donc lire plus que ce que je n’achète (et comme on a une grande librairie d’occasion à Tournai, ce n’est pas si évident).

Je sais que je n’arriverai pas au bout en 2020 mais, vu que la place commence à manquer, j’espère qu’une partie de ce que je lirai me décevra ou ne me convaincra pas totalement et que je pourrai les donner ou les revendre.

Sans jamais avoir été très adepte des pseudo sciences, j’avoue que j’ai acheté il y a longtemps des livres plutôt alarmistes / complotistes notamment sur la santé, souvent écris par des gens dont c’est devenu un véritable business (même s’ils sont parfois de bonne foi, je ne peux pas juger). J’ai pas mal changé depuis et ne suis pas très motivé de les lire car je crains fortement que le contenu ne soit ni très juste ni très scientifique. Je vais donc un jour lire avec beaucoup d’esprit critique et peut-être en faire des articles de blog si j’ai le temps (critiquer demande beaucoup de travail pour faire les choses bien et il faut bien s’informer pour ne pas tomber dans les biais).

Pour information, voici la liste de mes lectures (il en manque peut-être mais en gros c’est ça), y compris ce que j’ai lu à ma fille :

Cinéma / films (tops)

Très difficile de me souvenir de ce que j’ai vu et aimé cette année alors je vais partir de ce que j’ai publié de positif sur Facebook (exit la reine des neiges 2 ou Dumbo … Disney n’a pas été très inspirant même si Aladdin faisait le job).

J’ai vu, au cinéma ou à la télé, 10 films en 2019 que je recommande, pas qu’ils sont tous des chefs d’œuvres mais qu’ils ont un petit côté original qui mérite qu’on les regarde au moins une fois :

  • Il Tradittore de Marco Bellocchio.
    Un film sur un ancien mafieux mais vrai brigand qui décide de parler à la justice et qui fera trembler la Cosa Nostra ainsi que leurs amis et complices politiques. Il ne se sent pas « repenti ». Il le fait en partie pour sa famille mais, surtout, il le dit, parce que la Mafia n’a plus respecté son propre code d’honneur quand ils ont commencé à vendre l’héroïne. Cela fait, dit-il, il est lui-même libéré de ses obligations et peut donc, d’une certaine manière, trahir. Bien sur, il n’est pas un chevalier tout blanc et le film a l’immense mérite de le montrer. Mais c’était malgré tout un grand homme de courage qui a fait ce qu’il devait faire au moment adéquat. Un très grand film à voir. Je préviens quand même que la première partie est plus violente (même si ça reste dans des limites tout à fait acceptables, on est pas dans la torture) et que la deuxième partie, plus psychologique, est la plus émouvante (mais on ne peut pas faire la deuxième partie sans amener le contexte dans la première).
  • Le Mans 66 (Ford v Ferrari en anglais) de James Mangold.
    Un film très spectaculaire qui ne ravira pas seulement les fans de bagnoles, loin de là. Pas mal d’émotions. On aime bien nos petits artisans héros face à la bureaucratie Ford. Et s’ils gagnent contre Ferrari, cela n’empêche pas que c’est l’esprit italien qui remporte vraiment ce film. Un grand casting avec Matt Damon et Christian Bale qui portent à eux deux ce film. On ne s’ennuie pas une seconde.
  • Midsommar de Ari Aster.
    J’en ai fait un article ici.
    Un film dont on ne sort pas tout à fait indemne. Clairement pas pour tout le monde tant quelques scènes peuvent choquer ainsi que l’atmosphère générale très rayonnante. Un petit OVNI qui convainc en partie par son originalité et qui choque par d’autres procédés que les habituels « jump scare ». On est d’ailleurs plus dans le très malaisant que dans l’horreur pure.
  • Les chatouilles de Andréa Bescond.
    On est clairement pas dans le registre du film joyeux. Et c’est un film un peu bizarre comme peuvent parfois l’être les films d’auteurs. Pour autant, c’est tout à fait regardable et on est ému par la vie de la protagoniste principale. On partage ses peines face à ses douleurs, sa famille, son bourreau. On aimerait tant lui faire un calin … Attention, thème lourd : la pédophilie.
  • Joker de Todd Phillips.
    Que dire si ce n’est que : enfin la preuve qu’on peut faire un film à la fois intéressant, divertissant et bien écrit tout en prenant un matériau de base provenant d’un comics américain. C’était le film qu’il fallait faire pour donner l’envie aux studios de refaire à nouveau du vrai cinéma (mais là je rêve). Très violent quand même par moment, je pense qu’il ne faut pas lui prévoir de suite (malheureusement, vu son succès, on connait Hollywood, ce n’est pas impossible). Il est également fort d’actualité car le désinvestissement dans les services publics, les attaques contre l’état providence sont toujours là, toujours aussi fort depuis tant d’années.
  • L’incroyable histoire du facteur cheval de Nils Tavernier.
    Un film qui m’a fait pleurer plusieurs fois et qui n’est pas avare en émotions. J’aime et je ne trouve pas les mots pour dire pourquoi. Un film sur l’amour d’un père pour ses enfants, un père qui verbalise difficilement mais qui construit un palais merveilleux durant son temps libre.
  • Werk Ohne Autor (Oeuvre sans auteur) de Florian Henckel von Donnersmarck.
    Par le réalisateur de « la vie des autres » (das leben der anderen).
    Un film très long … durant lequel on ne s’ennuie jamais. Un véritable chef d’oeuvre, sur l’amour, l’art, la guerre du point de vue allemand, le communisme. Beaucoup de thèmes brassés dont le plus important reste l’amour qu’il soit charnel ou familial. Mais jamais le film ne s’égare ou perd son temps. C’est tout simplement magnifique et la musique rend le tout merveilleux. Je ne peux pas tarir d’éloge sur ce film. Voyez le, tout simplement.
  • What we become de Bo Mikkelsen.
    Un film de zombies à petit budget qui reste sympathique à regarder et je trouve plus original que la plupart des films du genre qui sont sortis. Peut-être pas le film de l’année mais j’avais envie de le promouvoir un peu car il vaut sans doute autant que beaucoup de films qui ont eu plus de succès.
  • Spiderman New Generation de Peter Ramsey.
    Un peu comme Joker, dans un style très différent (c’est un dessin animé), on a un scénario bien écrit, drôle et on a même une réalisation qui innove dans ses effets visuels et qui se veut originale. Un exemple à suivre. Une des toutes bonnes surprises de l’année en dessins animés. Pour moi, mérite amplement son oscar 2019.
  • The Room de Christian Volckman.
    Petit film fantastique (le genre) dont je ne suis pas entièrement satisfait mais qui présente malgré tout un scénario original sans faille. Deux bémols : il démarre trop vite et il finit trop lentement. On a pas le temps de s’inquiéter de ce qui se passe ou de se mettre dans la peau des héros. On a pas assez d’empathie pour eux. De même qu’on s’inquiète trop vite (on arrive pas à rêver être à leur place pour assez apprécier et puis regretter : il est presque trop évident dès le début que cette maison est sordide et c’est dommage). Et cela dure trop en longueur pour la conclusion. Mais même malgré ces critiques, je le recommande quand même. Car il sait compenser par d’autres choses et notamment l’envie de comprendre ou de savoir jusqu’où cela va nous mener.

Séries (top)

De nouveau, je ne parle pas forcément de ce qui est sorti en 2019 mais de ce que j’ai vu et que je recommande. Là encore, il me faut faire une sélection et me baser sur mes souvenirs. J’ai limité aux séries que j’ai le plus aimé. Tout ce que je vous propose ce coup-ci a été adoré et dévoré :

  • Vernon Subutex : une musique au top, une intrigue géniale. Oui, je ne suis pas objectif, j’ai adoré regarder et revoir encore tous les épisodes de cette série. Mention spéciale à Fischbach, Céline Sallette et Romain Duris qui jouent leur rôle avec brio. M’a donné envie de lire les livres un jour.
  • Silicon Valley : à réserver aux plus geeks d’entre nous. Il faut clairement une culture générale du monde informatique pour comprendre et apprécier. Mais si on accroche à l’humour et qu’on comprend les références, on rigole énormément. J’avais déjà essayé de le voir sans accrocher et cette année j’ai décidé de le faire sérieusement et de lui donner sa chance et ça a marché très rapidement (après même pas un ou deux épisodes). On est vite embarqué dans l’aventure avec nos nombreux anti héros (car oui, c’est aussi une des spécialités du show) au final assez réalistes.
  • Game Of Thrones : j’ai fait un petit article sur la dernière saison pour la défendre. Je me suis levé chaque nuit pour voir chaque nouvelle sortie en direct. Il y a des critiques possibles mais ça n’enlève pas que de mon point de vue, cela finit la série en toute beauté. J’ai eu le plein d’émotions et je me souviendrai encore durant des années de cette fin de série et du partage avec ma compagne ainsi que de nos discussions qui suivaient. Les DVD ont déjà rejoint notre DVDéthèque et j’ai déjà hâte dans quelques années, quand elle aura la maturité, de la partage avec ma fille.
  • Mister Mercedes (saison 1 et 2) : adapté d’un roman de Stephen King. J’ai trouvé la première saison meilleure que la deuxième. Mais une grande réussite grâce au casting et notamment à l’acteur principal, Brendan Gleeson qui est formidable et joue de beaucoup d’humour. Ce dernier est d’ailleurs une force de la série. On ne la regarde pas tant pour le côte (un peu) fantastique que pour sa description de nos pires côtés humains et ses nombreux anti héros très drôles dans le genre caustique.
  • Gentleman Jack : être lesbienne et avoir du pouvoir il y a plus d’un siècle en Angleterre. L’histoire vraie et drôle (à nouveau dans un genre plutôt ironique) de Gentleman Jack. J’ai hâte de voir les prochaines saisons. Vraiment chouette. Ce qui est dommage, par contre, c’est qu’on a voulu l’offrir pour la Noël à des proches et comme de nombreuses séries HBO, il semble que cela devient de plus en plus difficile de se procurer les DVD. J’espère que ce n’est pas l’effet des futures très nombreuses offres de SVOD (dont une pour HBO justement) qui vont bientôt sortir.

Syndicat

Le Gouvernement est tombé, ce qui a mis à l’eau pas mal de projets anti fonction publique (et on ne va pas se le cacher : tant mieux !).

Mais il a quand même fallu beaucoup travailler vu que le Gouvernement ne s’est pas tout à fait arrêté et a décidé de transférer des agents en dépit du bon sens d’une administration à l’autre (on ne rentrera pas ici dans les détails car c’est terminé et on ne saura plus rien y faire) en pleines affaires courantes (mais approuvé par le Parlement alors …).

Énormément de stress et de pression durant les premiers longs mois de 2019. Et, ensuite, enfin, une activité qui redevient un peu plus calme pour la première fois depuis des années. Il n’empêche que je ne chôme pas pour autant, il faut toujours défendre les cas individuels ou leur apporter du soutien moral et les écouter puis les aiguiller correctement, recruter de nouveaux collègues délégués et défendre le bien être de nos agents et leurs bonnes conditions de travail (et c’est un gros travail de base, surtout quand on est pas loin d’être seul).

Pour 2020, j’espère pouvoir partager une partie de ce fardeau avec les nouveaux délégués mais je ne veux certainement pas les surcharger. L’important est qu’ils puissent rester sur la durée et se sentir utile en fonction de leur temps disponible.

Le blog

J’ai été beaucoup moins actif, car beaucoup moins de temps en dehors des vacances. Mais je l’alimente quand même encore et toujours, ce qui est le plus important pour moi. Il y a moins d’articles sur les films donc moins de visites mais un trop grand succès ne serait pas confortable non plus. Je veux continuer à faire les choses par plaisir et non par obligation.

Il y a eu près de 31 000 pages vues en 2019, 11 nouveaux articles et on atteint début 2020 les 238 000 vues depuis la création. J’espère dépasser les 300 000 vues en 2021 pour avoir un joli chiffre rond à fêter.

Mes déplacements

D’après Google, j’ai fais 314 km à pied (78h) et 22 166 km en transports en commun (600h). Ce serait moitié moins que l’année précédente. Ce qui peut être du à mon changement de travail car, pour la moitié de 2018, je n’avais pas accès ou très peu au télétravail et j’étais beaucoup en déplacement. Cela dit, mon smartphone Google n’est pas connecté en permanence non plus et le suivi peut-être pas aussi « efficace » qu’on ne le craint parfois. 🙂

J’aime croire, cependant, que le télétravail et le fait que ma compagne est venue habiter avec moi aient pu permettre de diminuer grandement mon empreinte écologique.

Les vacances

Nous partons toujours au même endroit (Les Sables d’Olonne) où nous remplissons toujours aussi bien nos batteries.

Avec mon travail qui me prend toute mon énergie, il m’est indispensable de m’éloigner très loin et d’avoir des garanties sur le soleil et le dépaysement. On ne réfléchit même plus où partir. En 2020 encore, ce sera là !

Après l’hôtel les premières années, un appartement via site d’annonces en 2018, nous avons testé un Air BnB en 2019. Résultat très positif même si on est pas totalement satisfait de l’appartement (pas deux vraies chambres, salle de bain mal foutue avec de l’eau partout à éponger après chaque douche).

On se demande également si on ne partirait pas avec des amis une prochaine fois. Mais vivre une semaine avec des amis, c’est prendre le risque de se fâcher avec eux, ce qu’on ne voudrait certainement pas. On part amis, on revient … pas toujours amis 😀

On a aussi passé quelques jours à Aachen, ville dans laquelle on aime se ressourcer et notamment profiter des Thermes. Ce ne fut, pour autant, pas aussi reposant qu’on l’aurait voulu, de ma faute. Le boulot à faire pour le syndicat à empiété sur mon petit congé et je n’ai pas su me débarrasser du stress (c’est le problème quand on est trop accessible et/ou qu’il y a des urgences).

Mon chat

Le petit chaton grandit et a maintenant dépassé les deux ans. Il est moins fou-fou et mieux éduqué avec le temps (ne griffe plus, ne mord plus, sauf exception). Il a par contre toujours un besoin impérieux de sortir quel que soit le temps qui fait dehors. Et peut être très collant. Cela dit, je suis son maitre favori et je suis toujours extrêmement bien accueilli quand je rentre à la maison, ce qui me fait très plaisir. Ce qui est plus difficile, c’est quand elle vient me signifier que j’ai assez travaillé et se met entre moi et mon PC.

La famille

Ma petite fille a maintenant dépassé les neufs ans. Et on sent qu’elle est maintenant plus proche de l’adolescence que de l’enfance. Son petit caractère s’affirme toujours un peu plus et tant mieux. Et sa maturité face au travail scolaire également. Elle travaille de manière autonome.

Avec Lisbeth, nous sommes ensemble depuis maintenant plusieurs années et nous cohabitons depuis deux ans et demi. Nous nous sommes trouvé et notre histoire continue à évoluer positivement au rythme des épreuves de la vie. C’est ce qui fait que je crois encore plus en nous qu’à nos débuts.

Le boulot

Beaucoup de plaisir dans ce que je fais mais je sens également en écrivant ces dernières lignes (je suis malade depuis plusieurs jours au moment de relire et finir) que j’en fais probablement trop. Mon corps me lâche et j’ai besoin de repos tout autant que d’en faire un peu moins et d’être pour certaines choses un peu plus aidé. Il est hors de question de laisser tomber mon travail et mes ambitions mais il ne faut pas non plus que je me mette en danger. Savoir se mettre des limites devra être un de mes futurs apprentissages et une leçon des derniers jours que je viens de vivre (et qui ne sont pas finis).

Conclusion pour 2020

Je souhaite que ma vie reste aussi remplie de bonheur dans ma vie privée, que mon travail continue à m’apporter autant de sens et que rien de tout cela ne s’arrête mais que j’arrive à trouver un rythme et des équilibres qui me permettront de mener tout cela de front sur du long terme sans jamais dérailler.

Bilan des 200 000 vues

Quand cet article paraîtra, le cap symbolique des 200 000 vues sera dépassé. J’en profite donc pour faire un nouveau bilan du blog depuis sa création, il y a six ans. Je commence l’article alors que nous ne sommes qu’à 198 000 donc ne vous étonnez pas de certains résultats ou captures d’écrans.

Les stats générales

155 articles avec celui-ci, plus de 200 000 vues, 1041 commentaires (15 par mois en moyenne) et 93 abonnés.

Cet article non compris, c’est aussi 187 907 mots qui ont été publiés. Le plus gros article écrit de ma main est Interstellar (4389), juste avant Crimes à Oxford (4344). Le plus gros article est la retranscription d’un reportage de Paris Match sur l’incendie de l’Innovation (5987 mots, on savait faire du journalisme long à l’époque).

La plus grande audience sur un jour a été de 653 vues. Il est à noter une bizarrerie : lors des 150 milles, le jour le plus vu l’était avec 842 vues. Sans doute un recomptage en fonction de l’heure a-t-il été effectué ?! Il faut dire que les plus grosses audiences sont souvent le soir à cheval sur deux jours après la diffusion d’un film.

18 articles ont été vus plus de 1000 fois depuis la création et cinq plus de 10 000 fois.

Articles les plus vus

L’article qui a l’audience la plus large (celui sur la préparation aux tests Selor) compte pour 35% des vues à lui tout seul, et les deux premiers articles pour la moitié. Cette situation n’a que peu évolué depuis le bilan des 100 000. Pourtant, de nombreux nouveaux articles sont parus.

Sur les 18 articles ayant plus de 1000 vues, 7 sont des analyses de films, soit moins de la moitié. En un an, Happy Birthdead atteint déjà les 2000 vues, ce qui est pas mal étant donné qu’il n’y a pas encore eu de diffusion télévisée grand public mais peut s’expliquer par le type de film (avec scénario à énigmes).

La face cachée de Margo a connu, d’une manière un peu similaire, très peu de vues pendant très longtemps jusqu’à un pic assez récemment. C’est parfois marrant de voir la carrière de certains articles dans les stats. Pour vous permettre de voir les graphiques et les courbes, je vais, pour la première fois, vous en partager quelques uns.

(la copie d’écran n’est pas exhaustive)

Happy Birthdead

Article écrit juste après sa sortie mais il n’est pas resté longtemps en salles près de chez moi. Son succès commence réellement après les fêtes. Je pense que ce rythme se maintiendra quelques années jusqu’à son passage télévisé. C’est le genre de films « bon client » pour Halloween et il a un certain potentiel pour devenir culte. Je suis curieux de voir son évolution dans le futur.

La face cachée de Margo

C’est vraiment le genre d’article où on se dit : « OK, celui là ne sera vraiment pas un succès ». Même si je l’avais écrit bien après sa sortie ciné, il avait peu d’articles concurrents et je pensais quand même qu’il avait un certain potentiel vu le côté énigmatique et le fait que tout ne soit pas dévoilé.

Au final, il a commencé à attirer à partir de mai 2018 et se porte bien depuis. Il sera certainement dans les films qui dépasse les 1000. Comme Happy Birthdead, c’est un teen movie par excellence. En plus profond et initiatique avec une bonne dose d’humour également. Deviendra-t-il culte avec le temps ? Je ne le pensais pas mais une diffusion télévisée peut parfois changer les choses.

Catacombes

Ce fut mon deuxième article de film a avoir des résultats intéressants alors je garde une certaine nostalgie pour lui. Je ne sais pas si c’est à cause des changements dans le moteur d’indexation de Google mais des films comme celui-ci qui faisaient des vues dés la sortie en salles et dés publication sont beaucoup plus rares aujourd’hui.

Le nouveau testament

Voilà un film beaucoup moins populaire mais qui a fonctionné de manière sympathique durant des années jusqu’à mars 2018 où il a décollé un peu plus. On est dans un film qui peut être compliqué à comprendre mais qui l’est sans doute trop (complètement What The Fuck) pour que les spectateurs le prennent au sérieux et fassent des recherches en grand nombre. Où alors, il est tout simplement mal aimé.

Origine des lecteurs

Ca ne change toujours pas, la très grande majorité des lecteurs arrivent depuis un moteur de recherche.

Facebook ne me procure que très peu de lecteurs mais quand même sans doute la quasi totalité de certains articles. Il faut savoir que je partage assez peu mes articles sur les réseaux sociaux étant habitué à ce que le traffic provienne des moteurs de recherches et ne voulant pas ennuyer mes contacts avec des articles qui pourraient ne pas les intéresser.

Je ne le fais donc que quand je peux espérer éveiller un petit intérêt.

Après ces trois référents, il y a littéralement des dizaines de petits référents qui rapportent au mieux quelques dizaines de vues mais le plus souvent moins.

Comme j’ai l’habitude sur certains articles de faire des liens vers d’autres blogs, cela peut m’amener quelques lecteurs en retour mais ça ne fait pas la majorité loin de là.

A noter que les personnes qui arrivent directement sur mon blog en tapant l’adresse dans leur navigateur n’apparaissent pas dans ces statistiques et j’ignore s’il y en a et combien ils sont.

Evolution des sorties

  • 2018 : 12 (année non terminée)
  • 2017 : 16
  • 2016 : 18
  • 2015 : 14
  • 2014 : 40
  • 2013 : 16

Conclusion

Lors de mon dernier article de retour sur les stats, je prédisais le passage en 2019 et finalement, on est encore en 2018 un mois et demi avant 2019. Si le même rythme se poursuite, on arrivera aux 300 000 en 2020. Maintenant que le blog a dépassé les 6 ans cette année, je suis à peu près certain de pouvoir vous donner RDV à cette date. Je pense que je suis rentré dans une certaine routine et que je le continuerai tant que le service offert continuera.

C’est sans doute le plus gros problème avec Internet, nous savons qu’une entreprise comme WordPress peut disparaître presque du jour au lendemain mais j’ai envie de croire que dans dix ans elle sera toujours là et ce mode d’expression long qu’est le blog continuera également avec moi comme petit acteur.

Je maintiens un rythme d’au moins un article par mois en moyenne. Avec 2019 viendra l’occasion des bilans mais je peux déjà dire que 2018 aura vraiment été très dur, prenant et éprouvant pour moi, surtout dans la sphère professionnelle. Le temps et l’énergie m’ont manqué. Je sais qu’à un moment donné, forcément, cela va un peu se calmer (et tant mieux).

D’habitude, je suis frustré parce que je n’arrive pas à faire tous les articles que je voudrais. Ici, j’ai profité du temps que j’avais pour faire ce que je voulais, parfois en bâclant un peu mais toujours après relecture attentive de ma compagne. Mais, pour éviter la frustration, ça veut dire aussi que je me suis parfois empêché de voir tel film ou de lire tel livre parce que je savais que je n’avais pas le temps d’explorer ensuite.

Et puis, parfois aussi, j’avais envie de parler d’une œuvre sans pour autant avoir grand chose à en dire. La rubrique « en vrac » que j’ai testé m’a permis de répondre partiellement à ces deux préoccupations. Je réfléchis à l’utiliser plus souvent. Une manière de partager et de parler avec un temps de rédaction raisonnable et sans pour autant faire un article quasi vide.

A bientôt et merci de m’avoir lu. 🙂

5 ans d’existence du blog et 150 000 vues

5 ans de blog et le cap des 150 000 vues, cela méritait bien un petit article pour faire le point sur les stats.

Les stats générales

140 articles avec celui-ci, plus de 150 000 vues, 889 commentaires (dont 278 de moi) et 82 abonnés.

Cet article non compris, c’est aussi 167 302 mots qui ont été publiés. Le plus gros article (Interstellar) en faisant 4344.

Le jour le plus vu l’a été avec 825 vues. Dix articles ont été vus plus de 1000 fois depuis la création.

Ces stats ci-dessous datent de fin octobre, peu avant le passage des 150 milles mais n’ont évidemment pas spectaculairement évolué depuis (oui, il m’arrive de préparer un article un peu à l’avance et de ne pas avoir le temps de le finaliser au moment opportun). Et j’ai la flemme à cette heure (1 heure du matin) de mettre à jour les copies d’écran.

Articles les plus lus

L’article qui a l’audience la plus large compte pour un tiers des vues, et les deux premiers articles pour la moitié. Cela n’a pas changé depuis le passage des cent milles vues.

Les articles de film sont ceux qui continuent à monter le plus régulièrement avec le temps. Les diffusions à la télé française peuvent amener des pics importants de vues (par exemple, avec le Loup de Wall Street tout dernièrement) et c’est même souvent comme ça que je suis informé. Mais cela ne se répète pas avec tous les films. Tout dépend de l’audience, du référencement de mes articles et bien sur du film lui-même (car certains incitent plus à la curiosité que d’autres).

(la copie d’écran n’est pas exhaustive)

Origine des lecteurs

Le premier référent, ce sont les moteurs de recherche pour presque 110 000 vues (dont la très grosse majorité d’une des déclinaisons de Google).

Ensuite vient Facebook avec … 2424 vues.

Et une flopée (une centaine ?) de référents anecdotiques en nombre de vues qui doivent compter en tout pour 1500 – 2000 vues au maximum.

Il manque donc plusieurs dizaines de milliers de vues. J’ai deux hypothèses qui ne se contredisent pas : celle de ceux qui « rebondissent » sur le site et visitent une deuxième ou troisième page. Et ceux qui sont revenus sur le site en connaissant déjà l’adresse au départ.

Evolution de l’écriture

Jusqu’à présent, pour 2017 : 14 articles avec celui-ci (ce sera 15 minimum vu qu’un autre article est quasiment fini).

Pour les autres années, c’était :

  • 2016 : 18
  • 2015 : 14
  • 2014 : 40
  • 2013 : 16

On garde donc une assez bonne moyenne. Un par mois me semble le service minimum à assurer. Au delà, pour le moment, je suis content. L’ambition, c’est 24 annuel mais si je n’y arrive pas, ce n’est pas un drame.

Conclusion

Ces derniers mois, il n’y a plus de progression d’audience. Certains articles baissent avec le temps et ce n’est pas compensé par ceux qui augmentent. Mais le plaisir est toujours présent. Chaque lecteur est unique et même si un article n’était lu, au final, que par une seule personne, cela me satisferait déjà d’avoir pris du temps de le mettre à disposition sur le web.

Comme je l’imagine, les 200 000, ce ne sera pas pour tout de suite. Cette année est la première année de diminution du nombre de vues. Le passage aura donc, plus que probablement, lieu en 2019. Ce sera notre prochain RDV statistiques, à moins de mettre au monde un nouvel article « à clics », ce que l’on ne sait jamais à l’avance 🙂 D’ici là, lecteurs, blogueurs, etc portez-vous bien.

Moi, je me vois encore dans dix ans entretenir ce même plaisir d’écriture. Et sans doute encore bien plus tard encore. Il y aura toujours des blogs et je serai toujours un blogueur.

2016 en vrac … petit bilan

WordPress ne fait plus de rapports automatisés, du coup, le bilan sera un peu plus personnel cette année: vie, blog, séries, films, livres.

Dans ma vie

2016 fut l’année d’un nouvel amour que j’espère durable, de vacances reposantes et de la première année complète de garde alternée (qui fonctionne très bien). Ce fut aussi une entrée en primaire stressante pour mon petit lapin mais elle a reçu toutes les éloges des professeurs lors de la réunion de parents.

C’est aussi beaucoup d’angoisses malgré mon apparence paisible. Et ce fut la mononucléose que je ne souhaite à aucun adulte même si j’avais heureusement quelqu’un près de moi pour me soutenir dans la maladie.

Je n’attends rien de 2017 mais je pense que le pire est derrière moi, dans ma vie.

J’espère pouvoir avancer professionnellement, dans mon couple et dans ma famille, ce sont mes souhaits. Et j’aimerais pouvoir finaliser un projet d’écriture fictionnelle mais qui n’est pas encore une priorité face à tout le reste.

img_20170118_102046977_hdr

Pour le blog

Le blog a récemment passé les 120 000 vues (et les 100 000 en juin).

Cette année fut la plus vue de son histoire avec un peu moins de 45 000 vues. Il y eut aussi le plus gros mois avec 5 447 et le plus gros jour avec 653 vues (pour la diffusion télévisée de « Perfect Mothers« ). La progression est constante d’une année à l’autre et ça me fait plaisir. Mais je sais aussi que toute progression connaitra un jour une fin.

210 commentaires, c’est un commentaire deux jours sur trois. Il y a aussi les contacts par e-mail ou messenger auxquels je réponds régulièrement. Tout ça est encore tout à fait gérable et c’est tant mieux.

Aujourd’hui, il y a 127 articles publiés. 18 l’ont été en 2016. J’essaierai de maintenir ce rythme mais toujours la qualité avant la quantité. Le prochain film devrait être Interstellar (depuis le temps qu’il attend !).

Crimes à Oxford, la face cachée de Margo et Transcendance ont été trois analyses de film qui attendaient depuis longtemps et qui ont pu être publiées. Si je peux faire Interstellar, Hook et The Reader cette année, je serai déjà content.

Les articles publiés étaient plutôt diversifiés. Même si cela me fait perdre des vues et des abonnements, j’aime garder cet aspect « journal » qu’avaient les blogs à l’origine et cela continuera.

RDV au cap des 150 000 pour en rediscuter. Cela devrait arriver au grand plus tard à la fin de l’année.

capture2016_1capture2016_2capture2016_3

Conseils culturels

Rayon séries

L’année dernière, grâce à l’offre BeTV, j’ai découvert la série The Wire dont on m’avait tant parlé déjà. J’ai adoré. Cette série représente vraiment ce que j’aime voir à la télévision: des histoires bien écrites et bien travaillées, un certain réalisme, un bon casting, des personnages intéressants et pas manichéens et également en petit plus, une petite critique du fonctionnement de nos sociétés mais sans pour autant tomber dans la facilité.

Cette série devra à terme figurer dans ma Dévédéthèque !

Je n’avais pas encore non plus eu l’occasion de voir Game of Thrones. J’avais tort mais cela m’a permis d’en faire un moment télévisulel à partager entre amoureux. Cette série est juste parfaite. Et la fin de la saison 6 est purement jouissive. WAW !

Rayon nouveauté, Billions apparu fin de l’année m’a beaucoup plus. Je ne sais pas où va nous mener la saison 2 qui arrivera très vite mais ça risque d’être très sympa.

Enfin, The Young Pope m’a vraiment captivé grâce surtout à son excellent casting. Très bonne qualité et très intéressant (et puis, c’est gai de se mettre au jeu de ce qu’on ferait si on devenait Pape). De Zestien, petite série flamande est un peu « OVNI » mais vraiment drôle et un peu acerbe.

Rayon pas vraiment déception mais quand même un peu: Westworld. Thème extrêmement intéressant et traité de manière originale. Excellent casting. Atmosphère géniale. Mais plus les épisodes passent et plus je deviens sceptique sur l’histoire et le scénario. Et le dernier épisode qui aurait pu être une apothéose a viré un peu au n’importe quoi selon moi. C’est plus un « Meh » ( (C) Fossoyeur de films) qu’un flop et je regarderai la saison 2. Mais voilà, je suis d’autant plus déçu que le sans faute aurait pu être possible.

Rayon carrément déception (toujours un peu plus): Walking Dead. Je continue à regarder par habitude mais les faiblesses sont des gouffres. On ne va pas tirer sur l’ambulance.

Côté films

Je ne vais pas faire trop long, je ne liste pas tout ce que j’ai vu, ni tout ce que j’ai aimé, j’essaye de me limiter au cinéma, par ailleurs:

  • Papa ou Maman 2 (différent du premier, ce qui est positif puisque ça reste très drôle)
  • Ma vie de courgette (émouvant, beau ! la preuve qu’un budget énorme n’est pas obligatoire). Je regrette juste de ne pas avoir pu le voir avec Flo.
  • Don’t Breathe (très bon film d’horreur, et je suis exigeant car il est très facile de faire du mauvais, c’est un jeu d’équilibres compliqué)
  • La danseuse (WAW)
  • War Dogs (je dois admettre que ma compagne a moins aimé, cela doit être un film à l’humour plus masculin)
  • A man called Ove (le meilleur film de l’année selon moi !!! Injustement méconnu même si je comprends que la VO puisse rebuter. Humour et émotions sont au programme durant tout le film)

J’ai beaucoup aimé, très bons films également :

  • Le livre de la jungle (grande réussite Disney et très belle adaptation)
  • Pride and Prejudice VS Zombie (Waw, un bel ovni très réussi)
  • Zootopia (excellent film d’animation très drôle)
  • Spotlight (quelle aventure !)
  • Joy (un beau biopic réussi)
  • Comment c’est loin (je pense l’avoir vu en 2016)

Côté livres et BD

  • La force des discrets de Susan Cain (lisez le !)
  • Guy Delisle, S’enfuir, récit d’un otage.
  • JIM, l’érection (ce n’est pas érotique, ne fuyez pas à cause du titre)
  • Elisabeth Badinter, fausse route. Très instructif.

Le mot de la fin …

Ce blog me prend du temps, mais pas tant que cela en fin de compte. Et j’en ai encore à vous consacrer. N’hésitez jamais à écrire, commenter, me contacter, m’interpeller. Et à vous abonner au flux RSS (je conseille Inoreader pour les lire) pour être tenu au courant de la sortie de chaque article !

Et puis, h’hésitez pas, vous aussi, à devenir blogueur pour être participant au débat plutôt que seulement spectateur.

Par contre, ne le devenez surtout pas pour suivre cette mode de gens qui pensent qu’ils vont pouvoir devenir célèbres ou en vivre. Oui, ça peut être un rêve. Mais bloguer ne vaut le coup que si c’est une vraie passion à la base.

Allez, je vous souhaite une bonne année 2017 !

Bilan des 100 000 vues …

Quand cet article paraitra, le cap symbolique des 100 000 vues aura été passé sur le blog. J’en profite donc pour faire un petit flashback sur les statistiques depuis sa création il y a bientôt quatre ans.

C’est autant pour vous que pour moi que je le fais car j’aime bien suivre la progression de certains chiffres dans le temps et l’outil de statistiques de WordPress n’est pas très performant.

Les stats générales

117 articles avec celui-ci, plus de 100 000 vues, 707 commentaires (dont 227 de moi) et 62 abonnés.

Cet article non compris, c’est aussi 125 820 mots qui ont été publiés. Le plus gros article (Crimes à Oxford) en faisant 4344.

Le jour le plus vu l’a été avec 642 vues. Sept articles ont été vus plus de 1000 fois depuis la création.

Capture100k_1

Capture100k_2

Capture100k_4

Articles les plus lus

L’article qui a l’audience la plus large compte pour un tiers des vues, et les deux premiers articles pour la moitié.

Hormis cela, même si ça n’apparait pas forcément dans la copie d’écran, les articles qui marchent le mieux sur le long terme sont les analyses de film. Même pour les anciens (films ou articles), ils ont une audience régulière qui les fait monter.

De manière générale, si une analyse de film est postée lorsqu’il est encore à l’affiche (assez rare), il aura une audience le temps qu’il reste au cinéma, puis une petite audience résiduelle jusqu’à sa disponibilité en DVD ou VOD où cela s’envole (grâce au piratage ? aux cadeaux de Noël ?) avec les plus gros pics lors des diffusions télévisées jusqu’à ce que cela redevienne un bruit de fond. Ainsi, cela mets des années avant qu’un article écrit durant la disponibilité en salles obscures ne tombe dans un oubli relatif.

Capture100k_3

(la copie d’écran n’est pas exhaustive)

Conclusion

Ce blog est assez hétérogène. Je publie les articles comme ils me viennent et j’aime cette liberté. Le revers en est que je perds sans doute des abonnés qui ne voudraient suivre qu’une seule catégorie d’articles. L’avantage principal est le plaisir que j’en tire.

Comme je l’ai déjà dit par le passé, je ne cherche pas forcément à avoir la plus grosse audience, si un article a sa petite audience, je suis déjà content. J’aime écrire ce qui n’est pas ailleurs et je sais que, même en faible nombre, les lecteurs ne liront pas une énième répétition de ce qui a déjà été lu autre part.

Bien que je sois toujours en retard sur ce que j’ai envie de faire (j’ai publié récemment un article qui était dans les « brouillons » depuis deux ans) et que j’ai déjà 34 articles qui attendent en « brouillon » d’être écrit, supprimé, mis à jour avant une éventuelle publication, je vous demande de me dire si vous voulez que j’écrive sur un sujet particulier (d’actualité ou non) ou sur un film sur lequel vous voulez mon analyse. Ou toute autre chose. Cela pourrait m’inspirer.

Pour ceux qui s’intéressent à ce que j’écris, encore merci pour ces 100 000 vues qui m’encouragent à continuer, vraiment. 🙂 De même que pour les commentaires, positifs comme négatifs.

En espérant que vous serez encore là pour les 200 000 ou les 1 million (lol).

2015 (rapport annuel de WordPress)

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2015 de ce blog.

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2 700 personnes. Ce blog a été vu 38 000 fois en 2015. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 14 spectacles pour accueillir tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

3 ans et 100 articles …

Le blog a passé les trois ans en août de cette année. Et cet article sera le numéro 100.

L’occasion de faire un petit peu le point sur le chemin passé:

  • le cap des 50 000 pages vues a été passé cette année. On en est actuellement à 62 332.
  • il y a 509 commentaires dont 176 sont de moi
  • l’article le plus commenté est celui sur l’accession au niveau A (334), suivi de celui sur l’intolérance au lactose (62). Ce sont également les deux seuls articles qui me valent de recevoir des mails ou messages Facebook de demandes d’aide.
    Ces deux articles ont aussi vu d’autres commentateurs que moi venir apporter leur aide spontanément dans un esprit communautaire très plaisant.
  • 40 abonnés au blog reçoivent un mail à chaque parution
  • un jour, il y a eu 539 pages vues sur le blog (jour de diffusion d’un film à la télé)
  • Facebook a amené 1294 pages vues et les moteurs de recherche 43 376
  • l’article le plus lu est celui sur l’accession au niveau A (19 568), suivi de celui sur le film Catacombes (7 933) puis celui sur l’intolérance au lactose (6577) et celui sur le film Cartel (6323). Ces quatre articles totalisent les deux tiers des pages vues.
  • le site extérieur qui a le plus bénéficié de mes liens est celui d’ORSEU Concours (563 clics) puis celui de ma page Facebook (288)

Ce ne sont jamais que des chiffres, mais ils font plaisir. Ils montrent que les heures passées à écrire et à entretenir ce blog ne sont pas vaines.

Mon objectif, réalisable, sera d’avoir passé les 100 000 pages vues dans un an. Au rythme actuel, il faudrait douze ou treize mois. Si je publie à nouveau plus fréquemment des articles de film, ce pourra même être atteint plus tôt.

Divorcer, déménager et se remettre en route

Activité du blog

Embed from Getty Images

Il y a plein de bonnes ou mauvaises raisons pour lesquelles un blog peut se mettre en pause (plus de six mois dans le cas présent).

Souvent, c’est le manque de temps.

Dans mon cas, ce n’est certainement pas le manque d’inspirations (je ne compte pas les articles qui restent en « brouillon » depuis plus d’un an, quasiment écrits mais jamais finalisés; je ne compte pas non plus les articles que j’ai eu envie d’écrire qui ne sont même pas dans « brouillons »).

Il y a aussi l’état « mental ». On peut être motivé, prendre plaisir à le faire et pourtant manquer de l’énergie nécessaire. Dans mon cas, c’était et c’est encore pas mal le cas. Mais, comme on dit, l’appétit vient en mangeant alors je vais essayer de me forcer pour remettre la machine en route.

Divorcer

Embed from Getty Images

Et oui, bien que je n’ai jamais été quelqu’un « comme tout le monde », je suis aussi passé par cet étape. Pendant des années, ce ne fut même pas une éventualité. Et un jour, c’est apparu comme inéluctable jusqu’à ce que cela devienne même un souhait partagé. Et, au final, je peux même considérer cela comme une bonne chose (euphémisme).

Bien sur, après dix ans de vie de couple, avec un enfant en bas âge, ce n’est pas une aventure toujours aisée. Ce fut parfois très difficile. Mais aujourd’hui, cela se passe plutôt bien. On pourrait même dire que ça se passe parfois bien pire ailleurs. Alors, touchons du bois et continuons notre vie.

Une nouvelle ville

J’ai habité Wavre (un peu moins de quinze ans), Chaumont-Gistoux (quelques années) et Namur (une douzaine d’années; d’abord comme étudiant). Aujourd’hui, j’habite Tournai. Je pense pouvoir dire sans me tromper que j’y suis pour longtemps à nouveau.

Non, je n’oublierai pas Wavre où j’ai fait quasi toute ma scolarité. Je n’oublierai pas non plus Namur qui m’a tant charmé par son subtil équilibre entre avantages d’une petite et d’une grande ville et le charme de sa citadelle et de son centre ancien.

Tout en me décevant parfois par le conservatisme et la négativité obsessionnelle de certains de ses habitants qui aiment se dire comme étant « vrais » namurois car y ayant toujours vécu. Cela dit, aucune ville n’est parfaite et ces namurois là, je les aime aussi; on avait un amour commun: notre ville.

Mais dans mon cœur, il y a désormais de la place pour une troisième ville. Une ville que j’ai considéré dés le premier jour comme étant mienne également. Je n’ai jamais pensé et ne penserai jamais qu’on est meilleur citoyen quand on a toujours habité au même endroit. La fidélité a certes du bon; mais quand on habite toute sa vie quelque part, on finit par ne plus remarquer les trésors qui nous entourent. Et on finit parfois également par ne plus vouloir aucun changement dans un décor qui s’est figé et qui nous sécurise. Or, qui n’avance pas (ou plus) recule. Le renouvellement est nécessaire et bénéfique si on le fait de manière intelligente.

Je ferai ce qu’il faut pour m’intégrer mais je n’oublierai pas pour autant mon sens critique. Quand on passe d’une ville de 110 000 habitants, capitale, à une ville frontalière de 70 000 habitants, on perd forcément en qualité de service. On ne peut pas comparer des pommes et des poires, alors il faut accepter d’être indulgent sur certaines choses. Je m’empêche, pour le moment, de voir les aspects négatifs pour que le changement se passe bien. Mais, je ne rendrais pas service à ma ville si je ne disais pas ce qui fonctionne bien ailleurs et qui pourrait bien fonctionner ici aussi.

Quitter un lieu de vie, des contacts humains

Embed from Getty Images

Je ne suis pas vraiment asocial mais surtout très timide au départ et quand même assez introverti. Cela dit, à presque trente ans on ne vit et on ne voit plus la vie de la même manière qu’à dix ou à vingt.

Je dois dire que j’apprécie assez bien ce que j’appellerais les « petits contacts humains du quotidien » :

  • les caissiers et caissières du Delhaize, Carrefour Mestdagh, Lidl que je fréquentais plusieurs fois par semaine. Après quatre ans, on se connait, on se reconnait. On se salue parfois dans la rue. Quelques mots, parfois une petite discussion, des sourires et même de la complicité parfois face à un client où une situation particulière.
  • certains chauffeurs de bus agréables, sympathiques, au service du client. Tous ne le sont pas, mais les bons, on les connait, parfois ils nous reconnaissent aussi. Nous qu’ils ont vu tant de fois courir pour arriver à l’heure avec parfois un enfant dans les bras. Certains d’entre eux qui m’ont parfois félicité pour les histoires que je lisais à ma fille.
  • les autres usagers des transports en commun, les voisins. Ils étaient plus nombreux à me connaitre que moi à les connaitre. Mais quelques liens parfois s’entretiennent.
  • le monde de l’école Notre Dame. Déménager aussi loin, c’est évidemment changer d’école. Une école qui, globalement, a été une école appréciée. Des professeurs qui ont été ce que j’avais toujours rêvé pour ma fille. Que je ne remercierai jamais assez, s’occupant de la première accueil à la deuxième maternelle de ma fille dans une atmosphère propice à l’éveil sans oublier pour autant d’inculquer un minimum de discipline et de politesse. Se faisant le relais de l’éducation que je donnais à la maison.
  • la librairie Papyrus qu’on fréquentait généralement le vendredi, mais une fois par semaine minimum. La librairie, mais je pourrais aussi dire les libraires. Un endroit calme où la petite a pu entretenir un intérêt pour les histoires et les livres. Où elle a elle-même entretenu des liens et mis parfois à l’épreuve la patience de ces gentilles dames. Elle faisait un peu partie des meubles à la longue. Et une petite partie de la librairie avait déménagé chez nous (je pense qu’on ne doit pas être très loin des deux cents livres achetés).

On crée rarement une relation vraiment durable (amicale) avec ces « petits » contacts humains du quotidien. Ils n’existent que par les hasards des rencontres ou principalement parce qu’on habite un endroit et, du coup, disparaissent quand on déménage. On est pas « ami » sur Facebook. On ignore même souvent jusqu’au nom de famille. Pas plus de contacts téléphoniques. Le lien se rompt de manière plus ou moins définitive (même si on se promets de revenir) le jour du déménagement.

Mais, ce n’est pas pour autant que cela ne nous fait rien, du jour au lendemain de les abandonner (pour en créer de nouveaux ailleurs, quand même). Certains sont prévenus du départ prochain, pas tous. Bien sur (?), on ne prévient pas sa caissière que c’est la dernière fois qu’on la voit. Et pourtant, je le ressens comme un manque de respect et de politesse, comme si je ne disais pas « au revoir ». Du jour au lendemain, on ne se verra plus. Certains se demanderont peut-être ce qu’on est devenu. La plupart, soyons honnêtes, ne s’en rendront probablement pas compte.

Je ne peux m’empêcher, « quand même » (tic de langage que j’ai transmis à ma fille), de ressentir un peu (parfois beaucoup) de tristesse. Ces habitudes qu’on a créé, ces visages qu’on ne verra plus, cela reste perturbant. Mais le changement fait partie de la vie. Alors on remercie (jamais assez) ceux qu’on peut et on passe à autre chose. Qui sera surement aussi bien, je n’y mets pas de jugement de valeur, mais de toute façon « différent ».

Voilà, c’est la vie.

Et aujourd’hui …

On repart pour de nouvelles aventures. On arpente la ville, on explore, on découvre, on prend de nouvelles habitudes. On crée petit à petit, comme le petit prince à une échelle différente, des nouveaux petits contacts humains.

Et on se félicite que, pour notre enfant, tout se passe bien malgré la séparation de ses parents.

A la rentrée, elle apprendra l’anglais en immersion, une chance que je n’ai pas pu avoir. Et dans sept ans, elle apprendra probablement le néerlandais, toujours en immersion. Comme l’a toujours dit mon père, être trilingue deviendra, de plus en plus, une obligation pour trouver de l’emploi. Et je suis fier d’apporter cela à mon enfant.

Ce sont aussi les premiers pas de ma vie d’adulte en réelle indépendance et autonomie (séparation effective d’avec mon ancienne épouse). A 18 ans, j’ai quitté la maison pour un kot communautaire avant de partir vivre en couple à 20 ans. Je n’ai jamais vraiment vécu dans « mon » appartement. Ce n’est pas un objectif, je peux quitter cette expérience du jour au lendemain sans regret. Mais c’est encore quelque chose de nouveau.

Pour conclure (ce dont j’ai toujours difficile)

Après une aussi longue absence, ce blog méritait bien une mise à jour un peu plus longue en forme de confidence. Je prévois de planifier d’autres billets dans les semaines qui viennent. En attendant, je vous souhaite de bonnes vacances et profitez de la chaleur tant qu’il y en a.

Pour clôturer, une photo de la cathédrale de Tournai.

Embed from Getty Images

Quelques news

Il n’est pas dans mes habitudes de rester si longtemps sans écrire.

Ce n’est pas que je n’en ai plus l’envie, ni le besoin, loin de là. Je ne manque pas non plus d’idées. C’est tout simplement un manque de temps face à d’autres tâches plus prioritaires.

La vente d’une maison, le déménagement et la nouvelle vie qui va suivre, tout ça va encore me préoccuper jusque juillet au moins.

Peut-être que je trouverai du temps avant cela pour écrire à nouveau mais je voulais informer le lecteur qui arrive ici des raisons de la léthargie actuelle du blog.

En attendant, je continue à regarder des films à un rythme plus soutenu qu’avant, ce qui me donne beaucoup d’idées d’articles. Sans doute la fin 2015 rattrapera le début 2014.

2014 en chiffres

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2014 de ce blog.

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2 700 personnes. Ce blog a été vu 31 000 fois en 2014. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 11 spectacles pour accueillir tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.