Wedding Nightmare, film de Tyler Gillett et Matt Bettinelli-Olpin, commentaires

Il est conseillé d’avoir déjà vu le film vu que je fais des spoilers. Si vous ne l’avez pas encore vu et que vous voulez garder toute la surprise, il vaut mieux postposer la lecture de ce commentaire. ;-) Pour autre information, j’ai vu le film à la télévision il y a quelques jours.

Le but de cet article est de faire diverses analyses, commentaires et critiques sur le film et d’ouvrir un espace de débat éventuel avec les lecteurs. Je vous conduis également vers quelques avertissements avant lecture sur la manière dont j’écris sur ce blog à propos du cinéma.

Ambiance

La musique et l’ambiance générale font vraiment beaucoup pour le succès du film.

Ainsi, la musique du jeu « hide and seek » est juste géniale et la magnifique réinterprétation de « love me tender » donnent le ton du film.

Ce film étant particulièrement spécial, entre comique, survival, fantastique et pyschologique, il fallait une bande son qui puisse coller à cela. Je trouve que ce n’était pas si simple et que c’est bien réussi ici.

Ce mélange des genres en fait un film difficilement classable. Il a beaucoup d’étiquettes, mais il gère parfaitement ce mélange. La cuisine du film suit une recette où chaque ingrédient est minutieusement pesé.

Suspense

En plus de l’ambiance, en complément parfait, le suspense fut ce qui me permit de garder un intérêt au film jusqu’à la fin.

Etions-nous face à un film fantastique, ou non ? Que se passera-t-il à la fin si elle réussit à échapper à la chasse ? Comment son mari va-t-il réagir ?

On pourra dire que le changement de comportement de certains acteurs n’était pas cohérent. Moi, je trouve qu’ils évoluent en fonction du contexte, même le mari. Cela donne beaucoup d’intérêt et cela aide rester éveillé jusqu’à la fin.

Titre

Samara Weaving in the film READY OR NOT. Photo by Eric Zachanowich. © 2019 Twentieth Century Fox Film Corporation All Rights Reserved

Le titre original est « ready or not ». Le titre français est « wedding nightmare ».

Bien que je comprenne difficilement pourquoi devoir traduire un titre anglais en … anglais, je trouve que la « traduction » ne trahit pas le titre original. Par contre, il est un peu moins subtil. Et il y a la perte également du lien avec le « jeu ». Ready or not est, en effet, le message de fin du jeu « cache cache ». Le moment où l’horreur commence.

Thème central : l’abandon

Dans ce film en mode « survie », il est intéressant de voir que le portrait psychologique de l’héroïne est brossé assez rapidement : Grace n’a pas de famille. En épousant, elle ne s’engage pas seulement auprès d’un mari mais espère également être adoptée par toute la famille du marié.

Ce profil psychologique on ne peut plus clair est amené dès le tout début. On le dit, on le montre et il ne semble y avoir carrément aucun ami à elle à son propre mariage. C’est dire qu’on ne peut pas le louper et c’est loin d’être subtil. Or, n’importe quel personne ayant eu la même enfance que Grace a toutes les chances de développer ce qu’on appelle un « abandonnisme » ou, autrement dit, être « abandonnique ».

Or, ce genre de personne a souvent un comportement totalement contradictoire :

  • à la fois ils ont la plus grande peur d’être « abandonné » comme ils l’ont été dans leur enfance (parfois à de multiples reprises)
  • et pourtant, ils ont souvent un comportement testant l’entourage et, osons le dire, l’incitant à l’abandonner

Ce faisant, il poursuit deux buts :

  • s’assurer que ses abandons antérieurs étaient bien mérités et qu’il en était la cause. Cela rassure son psyché de savoir que cela avait un sens, qu’il méritait bien tout cela. Et cela contribue également, dans la même veine, à exonérer de responsabilités ceux qui l’ont abandonné petit (figures parentales, ou autre). Un enfant est dépendant de ceux qui s’occupent de lui et va naturellement les déifier et internaliser la cause des mauvaises relations qu’il a avec eux. Si c’est normal et « rassurant » enfant, ce comportement, s’il perdure adulte va rendre réellement très difficile toute socialisation à long terme avec d’autres personnes. Souvent, la thérapie pourra être d’une grande aide si l’abandonnique s’en rend compte et a assez de recul sur sa vie et de courage pour commencer celle-ci. Même si cette dernière n’offre pas une garantie de résultats non plus.
  • tester le partenaire pour vérifier sa fiabilité, mais d’une façon si absurde que celui-ci finira forcément par soit se tuer lui-même à petit, soit partir. Le test n’aboutit jamais à réconforter l’abandonnique, tant et si bien qu’il ira toujours plus loin. Jusqu’à ce qu’il soit trop tard

Pour un abandonnique, le mariage peut à la fois être recherché (c’est une promesse symbolique très forte d’une union « jusqu’à ce que la mort sépare ») par lui-même ou par le partenaire (espérant enfin rassurer et rendre plus stable l’être aimé).

Toutefois, par la force symbolique de celui-ci, précisément, cela peut s’avérer le pire des pièges ! Celui dont on ne sort pas indemne. On l’a dit plus tôt, en réalité aucun test ne peut réconforter réellement certains abandonniques. Et plus on va loin dans la preuve d’amour et d’engagement et plus la réaction va se révéler violente et destructrice. Non seulement la vie peut devenir un enfer de maltraitance. Mais, également, le divorce n’est pas forcément une meilleure option car l’abandon n’est pas plus toléré, encore moins après un tel engagement, que la preuve d’amour elle-même. Divorcé ne rime alors pas avec « débarrassé » et les violences peuvent alors continuer toute une vie.

Maintenant que tout cela est dit, si on y prend garde, le film peut alors prendre une toute autre dimension. Pour moi, le film sait parfaitement de quoi il parle et de quoi il veut parler : d’abandonnisme, de relation avec une abandonnique et de la conséquence du mariage dans cette situation.

D’abord, on peut dire que tout l’entourage du marié s’attendait à ce qui allait se passer, le marié lui-même. On essaye de dissuader le mariage. Dans un couple avec le syndrome d’abandon entre les deux amoureux, les choses n’attendent pas le mariage pour se montrer. Il est donc possible que toute la famille, et le marié aussi se demandent : « ready or not » ?

La carte qui tombe n’arrive pas tout à fait par hasard. Puisqu’on est entre personnes qui avons vu le film, on sait qu’il y a de vraies forces maléfiques qui agissent. Cette carte est tombée parce que la situation, le contexte l’imposait. Et on peut la voir de plusieurs manières :

  • soit, c’est le « mal » qui protège la famille d’une intruse. En effet, le pouvoir assure la bonne fortune à la famille. Mais cette bonne fortune (chance) n’est pas que financière ! Elle assure aussi que de manière générale tout se passe bien. On peut donc se demander si le « choix » du jeu n’est pas fondé sur autre chose que du hasard mais au contraire sur la conviction du protecteur qu’il faut se débarrasser au plus vite d’une personne nocive
  • soit, puisque c’est la mariée qui tire la carte, c’est elle qui « choisit » le jeu et, de par sa personnalité, va faire vivre un véritable enfer à tout le monde

La suite se passe alors comme si, effectivement, la famille essayait de se défendre d’une menace à la fois potentielle et réelle. Le point de vue du film peut même être considéré comme faussé. Dans un couple abandonnique, celui qui fait du mal peut tout à fait se voir, et se vivre !, comme la victime. La vie d’un abandonnique est d’ailleurs probablement très douloureuse nonobstant le mal qu’il fait objectivement aux autres.

Et, à la fin, qui survit en dernier, à part elle ? Le marié, pardi !

Alors qu’il avait changé d’avis et décidé de prendre le parti de sa famille à la dernière minute, elle ne lui pardonne pas, reprend son destin en main en retirant son alliance (l’abandonne elle-même) et le tue. Comme on l’a dit avant, pour le compagnon, poussé à bout toujours plus fort, il est très difficile de ne pas céder un jour à la tentation de partir. Ici, c’est bien le dernier à le faire et on ne lui pardonne pas.

On arrive alors au message de fin qui me perturbe un peu.

On peut y voir la condamnation définitive de celui qui abandonne « lâchement ». Dans ce cas, le film prend en réalité parti pour l’abandonnique et contribue à son délire jusqu’au bout.

On peut y voir aussi la volonté de « libérer » Grace. Car en abandonnant et en tuant celui qui l’abandonne, elle se libère et reprend le contrôle sur sa vie. Comme si elle guérissait de la blessure du passé en s’en prenant à un autre.

Je ne vois rien qui ne permet de trancher entre ces deux explications ou encore pour une autre. Bien évidemment, je n’ai vu le film qu’une fois et sans doute qu’il me faudrait le voir et le revoir pour déceler tous les indices. Mais je n’ai pas le temps ni l’envie pour cela.

Toutefois, si vous voulez ajouter un détail ou autre, n’hésitez pas en commentaires.

Lutte des classes et ascension sociale

Au passage, je trouve l’affiche super réussie, autant en anglais qu’en français

D’autres que moi ont vu d’autres thèmes, plus liés à la richesse, aux classes sociales et à l’émancipation d’une condition de pauvreté.

On voit tous avec les lunettes qu’on a sur le nez. Quand on a un vécu ou l’habitude de voir les choses sous un certain angle, alors on retrouve plus facilement les situations qui y ressemblent. Moi, je retrouverai plus facilement l’abandon et d’autres la lutte des classes. Toutes les interprétations peuvent se valoir et, surtout, se compléter dans le débat d’idées autour d’une œuvre.

Toutefois, je vois beaucoup plus l’insistance des réalisateurs sur l’aspect « famille » bien plus que sur l’aspect « richesse » dans le début du film. Ce qui me laisse à penser que l’une des théories a probablement un poids plus important que l’autre dans la genèse de ce film.

Ailleurs sur le web

Deux petites critiques sympathiques :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.