Papyrus série BD de Lucien De Gieter

J’ai récemment acheté les titres de la collection Papyrus qui me manquaient. Cette collection avait été entamée il y a tellement longtemps (par mes grands frères) que je m’étonne moi-même d’avoir attendu autant de temps pour la terminer.

C’est peut-être l’occasion de revenir ici sur cette série.

Interview

Je voulais publier une petite interview de l’équipe Com de Dupuis et je leur avais envoyé quelques questions par écrit (en avril) mais je n’ai reçu aucune réponse en retour (rien, pas même une fin de non recevoir ou des réponses partielles). Je ne trouve pas cela très professionnel.

Cela dit, voici les questions et je vais y ajouter quelques commentaires :

Il semble que Papyrus devienne très difficile à trouver en librairie, avez-vous décidé d’arrêter son impression et sa diffusion ? Si oui, est-ce une décision définitive ou est-ce seulement fait pour laisser de la place aux futures intégrales qui étaient prévues ?

Sur le site de Dupuis, il est indiqué qu’une intégrale est à l’étude mais aucune décision n’est encore prise.

Actuellement, les numéros indiqués comme épuisés par la maison d’édition sont les suivants : 2 à 4, 6, 8 à 12, 14 à 15, 17, 21 à 22, 27 à 30.

Cela représente plus de la moitié de la série et cela va sans doute s’aggraver rapidement.

En librairie d’occasion, on ne reprend plus de papyrus et on les revend parfois à des prix très bas (ce dont j’ai bénéficié pour arriver à terminer ma collection).

Il y a des signes que cette série est sur la fin et je trouve cela triste. En BD, ce qui ne se vend plus est vraiment en train de mourir car le numérique n’est pas là pour prolonger la vie des œuvres.

Combien d’albums de Papyrus avez-vous vendus jusqu’à ce jour, environ ?

Je suis vraiment très curieux, ça m’aiderait à mieux connaitre la base de fans. Même si il est évident qu’en 40 ans, un certain nombre de lecteurs originaux n’a sans doute jamais terminé la série et qu’il y a donc eu un gros renouvellement permanent.

Même si je suis critique sur l’arrêt de la publication, il est vrai aussi que cette série a été soutenue durant quarante ans, ce qui est énorme et pas commun.

Envisagez-vous un spin-off ou une reprise de la série ? Par exemple, Papyrus adulte ou la vie d’un personnage secondaire ?

Je suis toujours critique quand une série est reprise par un nouvel auteur. Je déteste cela. Sauf peut-être quand la série n’a jamais vraiment appartenu à son auteur. Il faut avouer par exemple que Spirou a connu de belles choses sous des plumes différentes (quoique je me suis toujours refusé de lire ce qui a suivi Tome et Janry).

Mais, prolonger Papyrus avec un nouvel auteur et un tout autre style, peut-être plus adulte et plus en accord avec son temps, pourrait donner quelque chose d’intéressant. Je serais curieux de voir ça !

Ce qu’il faudrait garder :

– le thème de l’Egypte (évidemment)

– le côté pédagogique pour continuer à apprendre

– un dessin qui fait rêver (je pense que plus que tout, c’est ce qui m’a attiré dans cette série)

– du fantastique / magique / onirique … mais en évitant le grotesque qu’a parfois emprunté la série. Je pense qu’il faut vraiment trouver un meilleur point d’équilibre à ce propos.

Ce qu’il faut clairement améliorer :

– des scénarios mieux travaillés et surtout plus égaux les uns par rapport aux autres (j’ai parfois eu l’impression que certains albums se lisaient beaucoup plus vite que d’autres, que certains avaient vraiment trop de facilités dans le scénario ; c’est sans doute ce qui m’a le plus empêché d’acheter les derniers albums au prix du neuf : je savais que plus une série avance dans le temps et plus il y a de chance qu’on ne retrouve plus les albums qui nous avaient tant fait rêver du début et, pire encore, on a nous même vieilli et sommes devenus plus exigeants).

Petit exercice pour imaginer cette suite :

Au premier album, on retrouve Papyrus qui s’endort et qui rêve qu’il est prince. Ceci est un petit clin d’œil au dernier album et une bonne manière de recommencer. Tous les autres albums qui suivront feront partie de ses rêves.

Les aventures seront plus adultes comme dans Largo Winch ou Treize, ce qui veut dire que dés la base, on aura un héros qui sera aventurier ET sexué.

Un ou une compagnon de route assurera la partie humour. On aurait plus forcément un personne comme Théti-Chéri à ses côtés.

Pour le reste, l’imagination du scénariste laisse la place à tellement d’aventures possibles … mais en essayant que la partie magique ne prenne pas trop de place. Je veux des aventures trépidantes, par moment drôles et qui fassent rêver (le plus important). Je veux qu’on puisse refermer et prolonger dans nos rêves les songes de Papyrus. Qu’on puisse le faire car tout cela nous paraitra suffisamment solide pour pouvoir être vécu et suffisamment intéressant pour le vouloir également.

Y a-t-il un projet de long métrage ?

Je trouve ça dingue, d’une certaine manière, qu’on ait adapté quantité de titres de chez Dupuis mais que Papyrus n’ait jamais été envisagé. Avec un bon budget et un bon scénario, il y aurait de quoi faire quelque chose de vraiment génial. Je suis sur, d’ailleurs que sur les 33 albums, il y en a quelques uns qui ne seraient pas trop difficiles à adapter.

Mon rapport à l’enfance

Je ne sais pas si j’ai aimé Papyrus parce que je m’intéressais à l’Egypte (et à l’antiquité) ou si je me suis intéressé à l’antiquité parce que j’avais lu Papyrus et Alix (deux séries qui étaient là avant ma naissance dans la maison).

Le fait est que j’ai vécu de belles aventures et aimé découvrir ses temples et ses paysages qui me faisaient rêver. L’idée de Papyrus et de Théti Chéri était excellente. Je suis critique sur les albums que j’ai lu plus récemment. Je dois bien avouer qu’ils ne m’ont pas autant donné que ceux lus quand j’étais enfant. Mais c’était une de mes séries préférées et ça je ne le renierai jamais. Aujourd’hui, je suis plus exigeants sur la qualité des scénarios parce que j’ai tout simplement grandi. Mais pour un enfant, cela reste une très bonne expérience.

J’espère que ma fille lira à son tour et y prendra autant de plaisir que j’en ai eu.

Mon expérience de dédicace

Je vous raconte comme cela s’est passé dans mon souvenir. Personne ne pourra contredire et je sais plus que quiconque à quel point nos souvenirs peuvent être parfois très précis sur certaines choses, très flous sur d’autres et même parfois arrangeants avec la réalité. A prendre pour ce que c’est donc. Malheureusement, je ne trouverai personne confirmer ou infirmer parce que j’étais seul et que, pour l’auteur, il n’y en a sans doute aucune mémoire.

C’était du temps où il y avait encore un Festival de la Bande Dessinée à Koksijde à la côte belge (en 1998). J’avais vu que De Gieter était en dédicace et je n’étais qu’un gamin (adolescent quand même) et l’occasion était trop belle (je pense ma toute première dédicace). Alors je me suis acheté une des dernières BD et j’ai été me mettre au bout de la file d’attente. Et j’ai attendu longtemps, longtemps.

L’auteur a dessiné méticuleusement de magnifiques dédicaces à tout le monde. Les dédicaces des grands dessinateurs prennent toujours plus de temps. Puis il y a parfois le cas des personnes qui viennent avec plusieurs BD à faire signer sans trop de respect pour les autres qui attendent.

Vient mon tour et juste à ce moment là, la femme de l’auteur (qui peut-être était impatiente depuis longtemps, les femmes sont comme cela) le presse de partir, que cela a déjà duré trop longtemps (les paroles exactes, je ne m’en souviens plus du tout). Je me souviens juste de l’ado très timide de 14 ans que j’étais à l’époque et qui était à la fois très surpris (j’étais le dernier !) et complètement dépité. Puis j’ai du dire quelques mots, sans m’énerver (je sais que ça ne sert à rien quand on cherche une faveur) et, heureusement, la gentillesse de l’auteur a fait qu’il a pris les quelques minutes supplémentaires pour s’occuper de moi.

Voici le très beau résultat :

Et maintenant ?

Si ma fille en lit quelques-uns et qu’elle accroche, je garde tout.

Si elle n’aime pas, je pense tous les relire et ne garder que les meilleures, celles qui me font vraiment transporter. Le reste, je les donnerai à la ressourcerie (pour être revendus à petits prix) où les placerai en boite à livre de ma commune.

Dans ce dernier cas, j’éditerai l’article pour vous donner ma liste des meilleurs albums (selon moi), ceux qui méritaient de rester dans ma bibliothèque. Ça ne voudra pas dire que les autres seront mauvais mais je ne compte garder que la « crème de la crème », ceux qui sont vraiment exceptionnels.

Liens pour prolonger

Voici quelques interviews de De Gieter retrouvée sur le web et que j’ai trouvé très intéressantes à lire :

La partie du site officiel de Dupuis consacré à la série :

La chaine Youtube avec tous les dessins animés :

En vrac de la télé (1)

Comme d’habitude dans les articles « en vrac », on parle de beaucoup mais pas profondément.

Séries

Je ne spoile pas ni ne dévoile de trop.

Sachez que ce sont des séries que j’ai aimé regarder ces derniers mois (sachant que je ne suis pas fan de séries à la base). Je les présente en quelques mots et je vous invite à les découvrir si le cœur vous en dit. La plupart ont été vues sur BeTV et certaines sont encore diffusées en ce moment. Un certain nombre ne sont que des mini-séries, genre que j’affectionne particulièrement tant je déteste les séries qui trainent en longueur et finissent par tomber dans la médiocrité toujours plus profonde à chaque nouvelle saison / épisode (qui a dit Walking Dead ?).

Mr Mercedes

La chanson du générique de début donne le ton. En dix épisodes (je n’ai vu que la première saison, la deuxième commence seulement à être disponible), on voit évoluer une enquête sur un événement grave qui a changé la vie d’un policier. Ce policier, aujourd’hui à la retraite, est le principal atout de la série : il est bourru, drôle, attachant, maladroit, sympathique (et un peu alcoolique). Même si c’est inspiré d’une oeuvre de Stephen King, il n’y a pas de fantastique ici.

Je ne peux m’empêcher de vous mettre la musique du générique :

Getting On

Série télévisée probablement pas si éloignée du réel, malheureusement, et en même temps, c’est ce qui la rend drôle. En se moquant de la bureaucratie et du nouveau management appliqués au monde hospitalier, on rit souvent pour ne pas pleurer. Evidemment, cela se passe aux Etats-Unis où le système d’assurance maladie imparfait qu’ils ont là-bas rajoute encore un peu de piquant.

Pour en savoir plus : https://www.lemonde.fr/blog/seriestv/2013/11/25/getting-on-prometteuse-adaptation/

Sally4ever

Pitch en très résumé : c’est l’histoire de Sally et de tous les tarés qui l’entoure. C’est vraiment drôle. Et en même temps complètement givré et « What The Fuck ». Il y a des moments où on est gênés, on ne sait quoi penser, on a presqu’envie de vomir. Mais au final, on a adoré. Âmes sensibles s’abstenir et je préfère prévenir : on voit du vomi, de la drogue et des  excréments. Cela va en empirant avec les derniers épisodes parfois presqu’insoutenables par moment (on ne vous en voudra pas de détourner les yeux …).

C’est l’incongru et cet humour malaisant et british qui fait le sel de la série et c’est cela qui nous a donné envie de tout voir en entier mais je ne sais pas, par contre, si on est prêt de revoir les épisodes de si tôt. Cela commence relativement soft et c’est de pire en pire du point de vue tabous (notamment scatologiques) comme déjà dit juste avant. Je suis tombé dessus par hasard et je n’ai pas décroché. Voyez les deux premiers épisodes et vous saurez si cela peut vous plaire.

Je n’ai qu’une chose à dire, c’est que cela peut être vraiment très drôle et en même temps, cela n’est clairement pas pour tout le monde.

D’autres avis :

The Lawyer

Ici, on quitte l’humour scabreux ou bizarre pour arriver dans une histoire d’enquête policière et de mafia en Scandinavie (c’est un peu la région à la mode pour cela).

La série n’est pas exceptionnelle mais j’ai passé un bon moment à la regarder et, l’essentiel sans doute, je me suis assez bien identifié au héros. Pas ici d’histoire d’avocats comme on en a l’habitude (plaidoiries) mais plutôt des histoires de familles pas toutes nettes. Des hommes ni tout blancs ni tout noirs.

Irresponsable

Série française !

Irresponsable est très drôle et met en scène un héros complètement … irresponsable et tellement humain et touchant en même temps. J’aime énormément les histoires de loosers … je m’identifie plus facilement à un humain raté qu’à un super héros.

Ici, on a une histoire très légère sur deux saisons (pour le moment) comme on aimerait en voir plus souvent.

Le héros a eu une aventure adolescente amoureuse il y a de cela très longtemps. Mais son amoureuse a disparu presque du jour au lendemain et son cœur ne s’en est jamais vraiment remis. Quinze ans (ou un peu plus) plus tard, la jeune fille le retrouve et l’invite au restaurant pour lui annoncer une nouvelle renversante : il est père !

De cela s’ensuit toutes des aventures où il essaye difficilement d’assumer enfin sa paternité et d’être plus mature tout en espérant reconquérir celle qu’il aime. C’est bien écrit, léger et on rigole beaucoup. Cela se regarde très vite, aussi.

Vernon Subutex

Série française, là encore ! Je le dis parce que ce n’est pas si fréquent de passer du bon temps devant les productions hexagonales. Adaptation (parait-il assez libre) d’une série de romans de Virginie Despentes.

Aussitôt vu, aussitôt j’ai eu envie de revoir tous les 9 épisodes encore une fois.

Incontestablement, le point le plus positif de la série est sa musique très réussie. Puis, c’est aussi l’ambiance. On est dans un monde d’humains imparfaits et on s’y sent bien. Si on se sent plus proche de ceux qui souffrent et luttent que de ceux qui ont toujours eu tout cuit dans leur bouche comme des moineaux, alors on se sent dans son élément dans cette série.

C’est aussi une saga sur le temps qui passe et sépare les vieux amis. Je pense que si vous avez lu et aimé les romans, vous pouvez quand même tester la série car elle est, parait-il, assez originale et surtout, parce qu’elle est parfaitement adaptée à son support et offre donc surement une expérience unique et différente des livres.

Baron noir

C’est une série que je n’ai pas vu récemment (une nouvelle saison tous les deux ans environ et la dernière n’est pas encore arrivée) mais dont j’attends le retour (saison 3) avec impatience. Sur la politique française avec un Kad Merad excellent.

Billions (saison 4)

De saison en saison, c’est une valeur sûre.

Un scénario bien construit, bien écrit et toujours un peu surprenant. Bien malin qui pourra dire où cela finira et où cela nous mènera au dernier épisode de la dernière saison. Je ne sais pas combien de saisons il reste mais je ne suis toujours pas lassé après quatre saisons pleines et j’espère que la bonne qualité se maintiendra jusqu’à la fin.

J’imagine et je crois que tout est déjà écrit.

Un grand atout est que le casting est excellent. La prestation de Paul Giamatti, particulièrement, fait beaucoup. Son personnage n’est certes pas toujours tout à fait droit ou moral, mais cela reste, je trouve une des personnes les plus appréciables du monde de Billions. Même s’il dévie régulièrement un peu du droit chemin, il ne le fait pas uniquement pour le pouvoir et n’est pas vraiment intéressé par l’argent (facile quand on est riche de naissance). Il a un chemin tracé et le suit jusqu’au bout.

J’ai hâte de connaitre la fin et de savoir qui seront les gagnants et les perdants.

Escape at Dannemora

Alors là, c’est beaucoup plus sombre. Pas sûr que tout le monde aimera.

L’histoire de prisonniers et de gardiens de prisons dans une centre pénitentiaire merdique des états-unis.

Une évasion avec peu d’intelligence des deux côtés mais beaucoup de faiblesse humaine. Pas beaucoup d’humour. Mais l’humanité sale et bête.

On a tous nos faiblesses béantes et on est tous victimes de celle des autres. Et malgré cela, le monde tourne. Alors quand je regarde cette série, je ne ressens pas des émotions magnifiques mais je suis quand même un peu hypnotisé par ce reflet des plus mauvais côtés de la société dans laquelle on évolue.

Si vous ne voulez pas être spoilé pour la dernière saison de GoT, vous pouvez arrêter votre lecture ici, c’est la dernière série dont je parle.

Game Of Thrones (saison 8)

Je fais partie des rares qui ont aimé cette série de la première à la dernière saison.

Je pense que les nombreuses critiques de ce final finiront par s’apaiser avec le temps. Rien qu’en revoyant les premières saisons (par ailleurs assez similaires et denses aux dernières), on se rend compte que tout était déjà prémédité dès le début. En ce sens, invoquer qu’on ait fait n’importe quoi de l’oeuvre de George Martin me fait rire. Je ne pense vraiment pas qu’on ait dévoyé son travail ou sa volonté.

Pour le reste, j’ai décidé de créer un article à part où je réponds à diverses critiques négatives sur la fin de série :

Article rapide en réponse aux critiques sur la fin de GoT

Films

L’article est déjà assez long … Peut-être pour le prochain « en vrac ». 😉

Game of Thrones Saison 8, réponse aux critiques (article court)

A ne pas lire si vous n’avez pas encore vu la fin de la série ! Je ne spoile pas totalement mais certainement déjà de trop.

Il y aurait tant à dire sur cette huitième saison mais on va juste reprendre quelques critiques qui ont été faites et donner un commentaire en quelques mots à leur propos :

On ne combat pas dos à une citadelle

Alors, en fait, il y a plein de bonnes raisons pour combattre dos à une citadelle et c’est notamment le cas quand on ne veut pas supporter un siège.

Winterfell n’a pas de douves et doit faire face à un nombre énorme de marcheurs blancs. Personnellement, vu les forces en présence, je les estime entre cent et deux cent milles, la plupart ne sont pas armés ou sont de mauvais combattants mais le nombre épuise les défenseurs. Il faut donc en tuer un maximum dés qu’ils arrivent et la stratégie expliquée par Brienne ne paraissait pas si mauvaise avant coup (après, c’est facile). Ne pas oublier que personne ne sait vraiment à quoi s’attendre.

Par ailleurs, comme on l’a vu à la bataille de la Nera (ceci, c’est plutôt pour le siège de Port-Real), il n’est pas si difficile de pénétrer à l’intérieur d’une forteresse donc il est très important de tenir les portes.

Je le répète, et c’est commun aux deux batailles, les défenseurs ne cherchaient pas épuiser les assiégeurs, ils cherchaient à les affaiblir et à les tuer. Et il y a des contingences logistiques. A Winterfell, il y a très peu de ravitaillement, donc il faut tuer le plus vite possible un maximum d’ennemis. A Port Réal, seule la compagnie dorée est dehors et ce sont des mercenaires dont on se fout de la vie. Et s’ils arrivent à affaiblir rapidement l’ennemi, le siège ne pourra plus se tenir.

Pourquoi envoyer les dohtrakis à l’assaut ?

Et pourquoi pas ? D’abord, cela fait des images magnifiques. Ensuite, ce sont des guerriers qui n’ont appris que ce genre de combat en force. Enfin, rien ne dit que leurs épées ne permettent pas de tuer des marcheurs blancs. D’abord, ils viennent d’Essos et je ne suis pas sur que leurs épées ne soient pas faites en acier valérien. Ensuite, on voit assez mal et elles pourraient très bien être faites en verdragon. Enfin, les marcheurs blanc ne sont tués que par certain type d’arme mais quand ils sont décapités, ils sont quand même affaiblis.

Cela dit, autant je comprends qu’on les envoie charger (des chevaux ne servent à rien pour défendre) autant je ne suis pas sur pour leurs armes.

Les dragons ont des performances trop variables

Quand un dragon, affaiblit et déjà blessé à la base !, est tué, c’est par surprise et les bateaux assaillants ont le bon angle. En plus, il n’est pas dirigé par Jon. C’est l’excès de confiance de la part des targaryens qui a fait qu’ils ont pu l’avoir.

Quand Dany détruit tous les engins de défense et la flotte de Port Royal, elle a eu le temps de réfléchir, de se préparer et elle peut prendre les bons angles d’attaque. Par ailleurs, les défenseurs ont équipé l’entièreté des murailles avec les balistes mais elles sont très lourdes à manœuvrer et elles ne peuvent couvrir tous les angles donc il y a perte de temps pour pouvoir viser quand le dragon, s’il est prêt vole très vite. Les Lannister ont été trop confiants dans l’édification de leurs défenses (ce qui est cohérent avec le fait que Cerseï n’a quasiment jamais fait que des mauvais choix stratégiques et tactiques). Ils auraient peut-être dû équiper uniquement les alentours du Donjon Rouge avec du coup beaucoup plus d’angles assurés avec le même nombre de machines sans devoir trop bouger. Mais cela aurait fait du cœur du pouvoir une cible beaucoup plus évidente et directe.

Daenarys n’est pas cohérente

Non, non et non. Regardez toutes les saisons précédentes et tout vous paraitra tellement évident. Combien de fois ne menace pas-t-elle de tout réduire en flammes ? Son caractère colérique, impulsif n’est pas du tout neuf … et est totalement constant. Par ailleurs, plus elle a de pouvoir et moins elle écoute ses conseillers et plus elle prend confiance en elle et devient fasciste.

Je pense que les fans, et ils ont été nombreux, de son personnage ont complètement occulté et excusé tous ses côtés négatifs, exactement comme Tyrion le dit tout à la fin, d’ailleurs. Du coup, la trahison parait arriver d’un seul coup, mais ce n’est dû qu’à un aveuglement très long et au déni.

Par ailleurs, les circonstances de la dernière saison et sa paranoïa qui n’a cessé de grandir au fil des trahisons expliquent aussi beaucoup de ce qui se passe (la menace de John et son refus d’assumer un amour incestueux).

Enfin, le message de la série était depuis le départ de se méfier des bons Rois qui revendiquent leur trône par un droit divin et de par leur naissance. Et qui prétendent faire le bien aux autres et aux plus faibles, même malgré eux. Parfois, ils se transforment en fascistes sanguinaires qui préfèrent encore changer le monde (faire table rase et partir sur du neuf !) que de changer leur vision du monde et admettre qu’ils ont pu avoir tort ou que le monde n’a pas nécessairement besoin d’eux.

Il n’y a pas de révolution ni de démocratie

On me dit que tout revient comme avant ? Et pourtant, on abandonne l’hérédité, on a un Roi qui abandonne autant le pouvoir symbolique que réel et personne ne le manipule en sous main. Le Roi est choisi par l’ensemble des Royaumes. Les Royaumes peuvent choisir de partir sans que cela ne crée de guerre et la défense de la capitale n’est plus effectuée par une armée aux mains d’une famille (même si c’est un peu très très bizarre de voir les Dothrakis s’en charger). Enfin, il y a aussi le fameux trône de fer qui disparait et le seul trône qui existe encore est un fauteuil roulant (très symbolique). Le Roi n’a plus les attributs de la puissance et il est respecté pour sa connaissance et non plus pour sa force brute.

La scène avec Sam qui propose une forme extrême de démocratie (le suffrage universel) est là aussi pour nous montrer qu’on ne passe d’une extrême avec l’autre si facilement (surtout que la population est en grande partie non éduquée). Ce qu’on obtient est bien une révolution mais une révolution durable et surtout le meilleur de ce qui pouvait être obtenu à ce moment là.

Arya qui tue le Roi de la Nuit

Elle ne se télétransporte pas ! L’arbre sacré est protégé au moins partiellement par les murailles et il y a des passages secrets. On en parle d’ailleurs quand Théon est assiégé par le bâtard des Bolton. Donc pour moi, son apparition est tout à fait crédible. D’autant plus qu’elle a appris tout au long des saisons à se battre à la perfection et à se glisser tel un ninja. A noter que les concepteurs de la série savaient depuis toujours que ce serait elle qui tuerait le Roi de la Nuit. Le « not today » n’est qu’un rappel d’un épisode d’une des premières saisons et tout son parcours a été fait dans ce but là. C’était LA tueuse de méchants et il était parfaitement logique que ce soit elle qui oeuvre.

Les prophéties ne se réalisent pas

Alors là, en revoyant les premières saisons, j’ai été plutôt étonné mais énormément de choses qui sont dites comme allant se réaliser se révèlent vraies. Par exemple à propos de Cerseï qui va être remplacée par une plus jeune (même si ce n’est que pour quelques heures) ou même le rêve que Daenerys fait dans la tour de la cité Quarth. On la voit avec de la cendre qui tombe (qu’on pouvait prendre pour de la neige) et elle carresse le trône mais ne s’y assoit pas.

Après, on constate clairement que la « dame en rouge » se trompe à de nombreuses reprises mais peut-être est-ce, comme elle le dit, parce que les signes sont flous et qu’elle n’arrive pas à les interpréter. C’est un peu le piège avec les prophéties, c’est un peu comme avec les voeux d’un génie (qui peuvent se révéler dangereux). Ce qu’elles expriment ne dit pas toujours ce qu’elles n’expriment pas ou ce qui est sous-entendu. Elle ne donne qu’une partie de la vérité. Notre imagination limité fait le reste mais il est souvent impossible de les comprendre et d’anticiper tout ce qui va réellement arriver.

Une prophétie a autant de valeur que la personne qui la dit a de compétences et que la personne qui l’entend est capable de comprendre. Or, on a tous nos préjugés et même en face d’une vérité évidente, on peut être dans le déni.

La fin de Cersei est nulle et pas appropriée

J’imagine que certains auraient préféré la voir torturée ou mourir de manière crade. Je n’ai pas ce genre de penchant même si j’admets que la fin de Ramsey Bolton m’a fait plaisir (mais ce fut clairement le méchant le plus sadique et immoral de la série).

Pourtant, elle qui fut si fière et arrogante toute sa vie, elle qui est restée au balcon du Donjon Rouge pour défier Dany jusqu’au dernier moment, elle qui n’a pas hésité à intriguer (même si ce ne fut pas toujours fait très intelligemment) tout au long de la série se retrouve en petite chose fragile qui pleure et qui se retrouve écrasée par les pierres du Donjon Rouge symbolisant ce pouvoir qui était bien trop lourd pour ses épaules. Ecrasée en fuyant !

Et ce que j’aime aussi, c’est que cette fin nous la montre dans son côté le plus vulnérable et le plus humain. Il fallait absolument nous montrer ça ! Elle qui avait même résisté sans faillir à l’humiliation des moineaux est là à pleurer car elle comprend que sa fin est imminente, qu’elle a trop tardé et qu’elle ne pourra plus se sauver ni sauver la seule chose qui compte pour elle : son enfant.

Avec la musique derrière qui était parfaite, j’ai vraiment trouvé ce moment magnifique et approprié.

Et puis, je pense qu’elle ne méritait pas un châtiment sadique sachant qu’elle réprouvait elle-même et était dégoûtée de la cruauté de son fils ainé.

Enfin, certains regrettent sans doute qu’Arya ne l’ait pas tuée. Pourtant, c’est moralement une bonne chose qu’elle abandonne sa vengeance et qu’elle laisse d’autres s’en occuper à sa place. Oui, on était content de la voir s’occuper de Walder Frey, par exemple, mais au final, si elle retient cette leçon et laisse tomber Cerseï, c’est une bonne chose surtout qu’elle va quand même mourir. Et ça nous donne cette scène magnifique entre le limier et elle, pleine d’une tendresse magnifique envers celui qui a été un père pour elle.

Une vidéo à voir

Je ne résiste pas à l’envie de partager cette super chouette parodie musicale du roi de la nuit sur un air de « I just died in your arms tonight’ :