Lectures en vrac – mars 2019

Cet article était prévu pour janvier mais a pris un peu de retard.

La domination masculine n’existe pas, livre de Peggy Sastre

Livre fascinant qui aurait peut-être gagné à avoir un titre un peu différent. En effet, ce que l’auteure dit n’est pas tant qu’il n’y ait pas de domination masculine mais plutôt qu’il n’y a pas de complot masculin. Elle dénie plus la théorie des mâles organisés pour maintenir une sorte de patriarcat à leur avantage que l’existence d’avantages à être hommes dans un certain nombre de cas.

Une fois cela dit, le livre est vraiment très rigoureux et intéressant. On est ici face à un ouvrage scientifique rendu accessible au plus grand nombre. Il se lit très bien et très vite et on apprend sans devoir connaitre le jargon du milieu.

A travers le prisme de l’évolution, et sans pour autant rechercher des « coupables », l’auteure s’intéresse factuellement à ce qui se passe dans notre société sous le prisme de l’évolution. Une fois bien dans le livre, on peut alors apprécier un monde qui n’est pas noir et blanc mais qui au contraire associe les femmes et les hommes dans ce qu’ils vivent et les raisons de leurs désirs et comportements.

Comme elle le dit très bien, si on ne fait pas le bon diagnostic, on ne peut pas agir efficacement pour changer les choses, cela d’autant plus que le changement des comportements est quelque chose qui doit s’apprécier sur plusieurs générations.

C’est un livre que je recommande à tous mais particulièrement à ceux qui s’intéressent aux relations entre les hommes et les femmes.

Les dossiers Kennedy, BD de Erik Varekamp et Mick Peet

Ce n’est « que » le premier tome d’une série.

Pas grand chose à dire sinon que le destin de la famille Kennedy est encore plus inattendu qu’espéré. Attendez peut-être toutefois que tous les tomes soient sortis avant d’en faire l’achat. Car, sinon, comme moi, vous en resterez sur votre faim.

La fantaisie des Dieux, BD de Hippolyte et Patrick de Saint-Exupéry

Le génocide au Rwanda fait partie de mes thèmes d’intérêt. Comment l’humain a-t-il pu être capable de tels crimes ? Cette BD, bien que française, ne fait pas l’excuse des fautes de l’état français et semble au contraire assez proche de la réalité.

J’ai aimé la lire. Je pense qu’elle peut figurer dans la bibliothèque de toute personne qui s’intéresse au sujet.

Moi René Tardi prisonnier de guerre au StalagIIB, BD de Tardi

Beaucoup d’entre nous ont eu quelqu’un dans leur famille qui a connu les camps de prisonniers allemands, les fameux Stalag. Ils n’en sont pas toujours revenus intacts, sans colère ou sans amertume. Dans cette BD en trois tomes à la fois passionnante et émouvante, c’est l’histoire du père de Tardi et de ses souvenirs précis qu’on peut approcher. Mais à travers elle, je n’en doute pas, celle aussi de nombreux anciens combattants dont certains sont encore vivants ou ont encore des enfants, des veuves, etc En cette période troublée, je recommande chaudement cette lecture parue chez Casterman. Aussitôt reçue, aussitôt lue.

L’image contient peut-être : 3 personnes

Le chômeur et sa belle, BD (2 tomes) de Jacques Louis

J’ai rencontré l’auteur il y a maintenant onze ou douze ans environ.

A l’époque, il avait déjà le projet de se faire éditer et je me souviens qu’il m’avait parlé de roudoudou et petites bouclées : je l’avais noté sur un papier pour me souvenir d’aller voir et je me suis abonné à son blog.

J’ai trouvé en occasion le tome 1 et aussitôt commandé le tome 2 après l’avoir lu.

Ça fait longtemps que son blog n’est plus mis à jour (voir n’existe plus) et avoir cet objet physique dans ma bibliothèque au côté des autres chouettes auteurs qui ont fait leurs gammes sur la toile est un vrai plaisir. Je ne m’en séparerai surement pas même si je suis content que quelqu’un d’autre l’ait fait et m’ait permis de redécouvrir ce petit univers familial.

C’est sympathique, émouvant parfois, drôle. Dommage, ça s’est arrêté après deux tomes. Un troisième avec les enfants aurait pourtant été l’aboutissement idéal d’une trilogie originale.

Le voyage de Marcel Grob, BD de Philippe Collin et Sébastien Goethals

Encore un livre sur la seconde guerre mondiale … Et pourtant, comme tous ceux que je vous partage sur le blog, son point de vue est toujours original par rapport à ceux qui ont déjà été lus.

Dans celui-ci, on suit le parcours d’un jeune incorporé d’office (sinon, risques de représailles sur la famille) dans la SS et qui vivra l’horreur sur le front italien. Une horreur qu’il subit autant qu’il en est acteur.

L’auteur incorpore cela dans une fiction où un procès se joue. Je suis perplexe par rapport à ce procédé sans qu’il me pose réellement problème.

Depuis que j’ai un bébé …, BD de Leslie Plée

Ce livre est, pour moi, un « must have » de tout futur parent, certainement bien plus utile ET bien plus drôle que quantité d’autres oeuvres proposées sur le marché.

Voici, en un peu modifié, ce que j’en disais à des amis à qui je l’ai offert avec plaisir :

J’ai bouffé quelques livres sur la parentalité. Il y en a que j’ai acheté et jamais lu. D’autres que j’ai lu et pas apprécié. Certains qui étaient pas mal, oui, mais au final, ne m’ont pas tant que ça aidé. Il y a ceux à la mode (quasi sectaire) et recommandés mais que je ne recommande pas. Par exemple : Isabelle Filiozat. Sous un vernis soit-disant scientifique, c’est complètement idéologique, culpabilisant, irréaliste et manipulateur.

Surtout, ça a l’air beau et parfait mais l’enfer est pavé de bonnes intentions. J’avais le projet d’écrire un article là-dessus en voyant des adeptes faire leur sermon sur une publication facebook (c’était hard, et je voulais le dénoncer).

Puis, il y a ce livre qui précisément ne prétend pas vous dire comment vous devez faire. C’est vrai que beaucoup de parents veulent être aidés et finissent par demander à leur pédiatre jusqu’à l’éducation qu’ils doivent donner. Mais ce livre rappelle des notions évidentes mais tellement oubliées :

  1. Chaque enfant est différent
  2. Ça va être dur, très dur
  3. Vous allez parfois détester votre enfant, et ce n’est pas un drame
  4. Un jour, ça va passer, quel que soit votre malheur, votre enfant finira par grandir, évoluer, etc … Et souvent quand vous aurez touché le fond, pleuré toutes les larmes de votre corps, ben ça finit toujours par aller mieux
  5. Fuyez ceux qui cherchent à vous dire comment faire et à vous culpabiliser, vous êtes les seuls à savoir ce qui est bon pour votre enfant. Vous devez l’élever à deux et suivre votre instinct, écouter les conseils et prendre des renseignements à diverses sources mais ne pas se laisser commander

J’aurais aimé lire ça avant d’être parent. C’est une bouffée d’humour (je n’insiste peut-être pas assez là dessus !) et ça se lit avec plaisir en peu de temps. Vous savez à qui l’offrit en priorité 🙂

Le petit théâtre des opérations, livre de Julien Hervieux

Julien Hervieux est aussi connu sous le pseudonyme de l’Odieux Connard.

Il allie style, pertinence, culture et beaucoup d’humour. En résulte un livre qui se dévore extrêmement vite. La première guerre mondiale ne vous sera pas contée dans tous les détails mais vous connaitrez par contre plein d’anecdotes amusantes et sympathiques.

Vent glacial sur Sarajevo, livre de Guillaume Ancel

Quand les militaires se lâchent et racontent ce qu’ils ont du taire durant tant d’années, c’est toujours intéressant.

Voici un auteur que j’ai découvert parce que je m’intéressais au rôle de la France au Rwanda. Ici il raconte ce que la France a fait, ou n’a pas fait, en ex Yougoslavie et ce n’est pas triste.

Après avoir lu Guillaume Ancel, on a certainement une autre vision du « règne » de François Mitterrand qui fut loin d’être parfait pour son action internationale.

N’hésitez pas à aller lire son blog qui est très précis et documenté.

3096 jours, livre de Natascha Kampusch

Récit palpitant qui se lit de la première à la dernière page comme un thriller.

Si ça avait été une fiction, l’aurait-on trouvé crédible ? (peut-être pas) Et pourtant, tout est vrai. Ce qu’a vécu cette femme, et ce à quoi elle a survécu est juste horrible et elle en sort forte grâce à une personnalité hors norme.

Les dernières pages sont les plus dures à lire. On ne peut se passer de craindre pour elle, même si on connait la fin, parce qu’il ne s’en est fallu que d’un cheveu pour qu’elle ne se fasse rattraper et tuer.

Pour ceux qui l’ignorent, Natascha Kampusch a été enlevée au début de son adolescence et a vécu dans la cave d’un fou parano durant 3096 jours. Un jour, son ravisseur espérant avoir bâti une relation mêlée de crainte et de confiance (il voulait en faire sa femme parfaite dans un modèle d’inspiration nazi), relâche son attention et elle arrive à s’échapper. Il ne sera jamais jugé, ayant préféré se suicider.

Certains lui ont fait remarquer qu’elle avait des propos qui défendaient parfois son ravisseur et l’ont accusé du syndrôme de Stockholm. Elle réfute cela en arguant du fait qu’elle avait simplement de l’empathie et que c’est peut-être d’ailleurs une des qualités qui lui a permis de survivre. Malgré le fait que celui-ci était bel et bien un monstre et un fou, c’est quelque chose que j’ai énormément apprécié dans cette lecture. Malgré qu’elle ait été la première victime de tout ça, elle arrive encore à avoir un recul suffisant pour comprendre la personne humaine en face d’elle, malgré tout ce qu’elle lui a fait vivre.

Plus que l’histoire, c’est bel et bien la personnalité et la force de caractère de N. Kampusch qui m’a le plus fasciné, si on peut oser ce terme pour une histoire pareille.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.