Conseils à ma fille pour jouer au Puissance 4

Le puissance 4, voilà bien un jeu indémodable. J’y jouais quand j’étais enfant. Mes grands frères y jouaient. Et ma fille y joue.

Mais, elle est assez mauvaise perdante alors je lui ai promis de lui donner quelques conseils. Et, tant qu’à faire, vous en faire profiter aussi.

la version que j’utilise aujourd’hui

Je gagne souvent, mais je ne prétends pas être un expert ni même être un grand joueur. Toutefois, je me dis que les méthodes que j’utilise peuvent être utiles (on ne sait jamais).

Ne pas choisir entre défendre et attaquer

Pour gagner, il faut faire les deux. Si vous défendez trop bien, vous ne gagnerez jamais, vous aurez au mieux un match nul. Mais mon expérience est qu’il est souvent impossible de tout prévoir. Donc, il vaut mieux attaquer en même temps qu’on défend.

Ce conseil est bateau et ultra basique. Mais il vaut le coup d’être rappelé. Notre regard sur le jeu doit se porter autant sur nos possibilités que sur celles de l’adversaire.

Ma fille est souvent dans l’un ou dans l’autre, elle doit encore apprendre à faire les deux.

Un seul coup à l’avance ne suffit pas

Pour se défendre, il ne faut pas se contenter de bloquer les attaques de l’adversaire quand il en est à trois pions d’alignés. Parfois, on peut se le permettre, mais certaines parties peuvent se gagner avec seulement deux pions quand on ne réagit pas à temps.

Deux pions horizontaux sur la première ligne

 V1  V2 V3 V4 V5 V6
 V7 V8 X X V9 V10

V= Vide

X= Pion rouge

Y= Pion jaune

Dans cette situation, si vous ne mettez pas un de vos pions en V8 ou V9, le joueur X a d’office gagné. En effet, au tour suivant, il met son pion en V8 ou V9 et si vous le bloquez d’un côté il aligne 4 de l’autre.

C’est le genre de coups tordus qu’il faut rechercher pour gagner dans le jeu. Celui-ci est le plus simple, et sans doute le plus connu mais il y en a d’autres.

Forcer l’adversaire à nous donner la victoire

V1 V2 Y V3 V4
Y V5 Y Y X
X V6 X X Y
X V7 X X Y
X V8 Y X Y

Dans ce tableau, il y a plusieurs situations intéressantes.

X a de nouveau le beau rôle. Et Y lui donne la victoire.

Y, en essayant d’avoir quatre dans la colonne la plus à droite à forcé X à mettre un pion en haut de cette colonne. Or, Y aurait précisément du éviter X d’avoir un pion à cet endroit là. Car dès que X a mis ce pion, la partie est perdue. Y est obligé de mettre un pion en V8 et X peut en mettre un en V7 et avoir 4. Et, même s’il oublie, il peut encore avoir 4 en V6. Imparable. Il faudrait trois erreurs d’affilée de X pour que Y gagne en V5.

Y a quand même bien manœuvré avec le V5 qui peut lui donner la victoire, mais aussi via la colonné non dessinée à droite où un 4 serait possible si X y mettait un pion.

Je pense que le meilleur moyen de gagner et de ne pas perdre est de disséminer ce genre de trois (non forcément consécutifs comme en V6, V7 et V8 ou il y a un trou !!) ou d’y prêter attention avant qu’ils ne se forment.

Certaines parties, si bien engagées, peuvent, en comptant le nombre de trous restants avant de « devoir donner la victoire à l’adversaire », être gagnées très tôt si on ne fait pas d’erreurs. Dès qu’on a placé ce genre de trois, il ne reste plus qu’à bloquer l’adversaire jusqu’au moment où il sera obligé de vous donner la victoire.

Diversion

Comme dans tous les jeux de ce type, faire diversion ne fait jamais de mal. Pendant que vous construisez un alignement évident, l’autre ne voit pas forcément qu’en vous bloquant, il vous permettra d’aligner un trois qui n’attendra plus qu’une erreur de sa part.

Conclusion

Ce jeu a l’avantage, contrairement aux échecs, d’être relativement simple et facilement compréhensible. Il faut juste savoir compter et comprendre diagonale, horizontal et vertical.

De ce fait, il est accessible aux plus jeunes enfants et pas prise de tête. Moi qui aime voir loin dans le jeu, c’est quelque chose que je fais difficilement aux échecs et mon cerveau surchauffe (le pauvre). Mais à puissance 4, malgré le nombre théorique énorme de parties différentes possibles, j’arrive à jouer sérieusement tout en m’amusant.

J’ai souvent gagné à ce jeu, mais ce que j’aime par dessus tout, bizarrement, c’est que le match nul est possible. Ce que j’aimerais, c’est que je finisse par tomber sur des adversaires (peut-être un jour ma fille ?) avec lesquels j’aurais majoritairement des matchs nuls. Je me dirais qu’on arriverait tous les deux à bien voir les dangers arriver et à les prévenir, et ça me ferait plaisir.

Voilà un jeu où on peut s’amuser sans gagner, tout simplement parce qu’il est possible de ne pas gagner sans perdre pour autant. Et que le match nul est valorisant, il signifie tout simplement que les deux joueurs étaient très forts.

Si vous avez d’autres conseils à donner où à partager, n’hésitez pas en commentaires. Et surtout, amusez-vous bien !

2 réflexions sur “Conseils à ma fille pour jouer au Puissance 4

  1. Tous les enfants sont mauvais perdant. C’est gentil de lui offrir quelques conseils d’ailleurs. En passant, j’adore ce jeu. Cependant, je l’ai toujours joué sur mon mobile. Je suppose que ce n’est pas aussi cool que le jeu réel.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.