L’incendie de l’innovation en 1967 … si loin et si proche de moi

Loi de Murphy selon Wikipédia

« S’il existe au moins deux façons de faire quelque chose et qu’au moins l’une de ces façons peut entraîner une catastrophe, il se trouvera forcément quelqu’un quelque part pour emprunter cette voie. »

La loi de Murphy est le constat, élevé au rang de principe fondamental de l’univers, que « le pire est toujours certain ».

On ne considère pas la loi de Murphy comme vraie, mais on conçoit tout système comme si la loi était vraie. En particulier, un équipement doit être à l’épreuve non seulement des accidents les plus improbables, mais aussi des manœuvres les plus stupides de la part de l’utilisateur.

Note personnelle ou conclusion avant l’heure: si on avait tenu compte de cette loi, si on avait pris un peu plus au sérieux que le pire est toujours certain ou du moins probable, ce sont des milliers de personnes décédées, blessées, traumatisées, touchées par un lien familial qui auraient pu être épargnées.

Tout le monde en a déjà parlé …

Alors pourquoi ai-je ressenti ce besoin d’écrire un billet personnel ? Parce que c’est aussi une partie de mon histoire personnelle et familiale, une sorte d’héritage que je dois porter et dont je dois parler.

Je pense que cet incendie a eu sa part d’influence sur ma personnalité. Et j’ai envie d’ajouter ma pierre à l’édifice pour que personne n’oublie ce qui fut la plus grande catastrophe de l’histoire de Belgique en temps de paix. Et, surtout, que personne ne néglige plus jamais la sécurité incendie.

(c) Le Soir Illustré et biblio mania

Et si …, ces (non) choix qui nous sauvent la vie

Ma mère, Myriam Minique (si vous l’avez connue dans sa jeunesse : Contact), qui avait 23 ans le jour du drame, travaillait dans une crèche à Boondael à l’époque.

Le jour du drame, elle s’est rendue à la mutuelle dans le centre ville. Durant le temps de midi, elle voulut prendre son après-midi en congé. Elle failli téléphoner à sa collègue pour lui demander de la remplacer. Et elle se serait rendu à l’Innovation, si elle l’avait fait car c’était son magasin préféré.

Au final, elle s’est dit que de toute façon elle n’avait pas les sous, refuse de déranger sa collègue et prend son service comme prévu.

Et si …

Cette question, je me la pose souvent pour moi-même. Et si  un jour, je prends un train plus tôt ou plus tard, ou le bon train … Et qu’il y a un accident. Et si mon lacet se défait et qu’à quelques minutes près, c’est un autre qui se fait renverser à ma place.

Ma mère, ce jour là, a failli y rester ou connaitre plus directement le traumatisme.

Cela veut dire aussi qu’elle a pu développer ce qu’on appelle le syndrôme du survivant (interview d’une psychologue, page wikipédia).

Tout le monde se souvient

Il n’est pas nécessaire d’être allé à l’Innovation ce jour là pour avoir connu le traumatisme.

Le nombre de gens impactés est bien plus grand que cela. Chaque bruxellois connaissait quelqu’un directement ou indirectement touché par l’incendie. Les secouristes, badauds, pompiers, habitués de l’Innovation, familles et amis de ces personnes là, ce sont plusieurs milliers ou dizaine de milliers de personnes qui ont vécu cela dans leur chair.

Ce jour là, un opticien de la rue où ma mère travaillait a fermé ses volets à 16H. Son épouse était cheffe vendeuse à l’Innovation. On peut imaginer, et lui rendre hommage ainsi, qu’elle est restée prisonnière et qu’elle a aidé autant qu’elle pouvait les clients et les collègues à s’échapper faisant ainsi honneur à ses responsabilités. Mais, cela console-t-il vraiment de le savoir ou de l’imaginer ?

Ma mère me racontait également l’histoire d’une mère qui était dans l’innovation. Une amie la croise dans le tram et lui fait remarquer avec le sourire qu’elle a survécu. Mais, sans savoir, que son enfant et sa mère, eux y sont restés.

Du côté de mon père aussi

Ma grand-mère paternelle, je l’ai peu connue, bien qu’elle ait vécu jusqu’à un âge avancé.

Elle s’appelait Marie-Thérèse COLLETTE. Il se fait qu’elle travaillait le jour du drame au premier étage, celui où l’incendie s’est déclaré. La vendeuse qui a lancé l’alerte s’appelait aussi Marie-Thérèse mais, après renseignements, son nom de famille était Vanderhaegen. Jusqu’à récemment, j’ignorais totalement ce fait.

(c) RTBF

Mon fonctionnement interne

Je suis un peu comme un joueur d’échecs, j’essaie souvent de deviner ce qui va arriver. Je m’imagine des scènes. C’est la manière trouvée par mon cerveau pour gérer le stress et les angoisses. En même temps que se déroulent sous mes yeux mes rêves éveillés, je vois ce qui va et ne va pas, je peux ajuster mes réactions. Cela m’est souvent utile.

Mais, à contrario, surtout dans ses moments d’angoisse post-attentats, ce n’est pas toujours joyeux.

Une de mes grandes peurs, depuis tout petit, est de perdre ceux que j’aime. Ou d’être perdu pour eux (je sais, pas très original). Un de mes plus grands cauchemars: perdre la vie sur le chemin du retour et laisser ma fille m’attendre à l’école. Sans « adieux », sans que plus jamais elle ne me revoie, l’abandonnant involontairement pour toujours.

Et dans tous ces témoignages lus, entendus, ce sont ceux là qui me touchent le plus: ces familles détruites par la disparition d’un proche, d’un ami, d’un enfant, d’un mari, d’une épouse. Quand je lis ces histoires de main qui lâche, d’enfant écrasés, de parents perdus … j’en ai les larmes aux yeux; j’en pleure véritablement. Car je ne peux m’empêcher de me mettre à la place de ces gens. Je ne peux éviter de penser perdre ma compagne ou ma fille et d’en être irrémédiablement détruit.

Au boulot

Je suis délégué syndical, je fais parfois des visites de bâtiment dans le but de vérifier leur conformité. C’est une mission souvent déconsidérée dans les faits mais, pourtant, d’une importance cruciale.

Durant mes études, j’ai été sensibilisé au bien-être au travail et aux normes qui y sont accolées. Il y a deux choses que je vérifie systématiquement: l’hygiène (savon dans les toilettes ?, propreté ?) et les normes incendie. Ca me rend furieux (même si je ne le montre pas) quand je vois des graves problèmes.

A bien y réfléchir, aujourd’hui, je me demande si cette histoire familiale que j’ignorais jusqu’il y a peu, n’est pas en partie la cause de cette très grande importance que j’accorde à la sécurité incendie. Et de l’irritation que je ne peux m’empêcher de ressentir face, parfois, au je m’enfoutisme des collègues ou des autres syndicats, au relativisme trop fréquent face à des situations anormales: un couloir encombré, des charges calorifiques inutiles, une sortie de secours fermée et dont on ne sait où se trouve la clé (!!).

(c) RTBF

La bêtise humaine … et les héros

Ce jour là, il y a eu des actes extrêmement courageux et héroïques ! Des gens ont fait tout ce qui leur était possible, sans trop réfléchir, pour aider. Et il y a certainement eu des vies sauvées grâce à cela. Et ça, c’est vraiment beau.

Mais d’un autre côté, je ne peux pas non plus oublier les gens qui en ont profité pour voler un appareil photo ou dans la caisse et qui ont profité de cet immense malheur pour leur profit personnel. J’espère qu’ils en ont acquis des immenses remords par la suite.

Egalement, je pense que la sécurité incendie aurait pu être bien meilleure. Elle l’était déjà (splinklers) dans d’autres magasins donc, hormis le coût, c’était tout à fait possible ! Les nombreuses erreurs commises et dysfonctionnements ont fait beaucoup de victimes. Je comprends le « non lieu » au regard des normes (inexistantes) de l’école et, heureusement, l’arsenal législatif a été étoffé depuis mais quand même … il ne faut pas attendre d’être obligé pour agir. Alors, oui, ça me mets en colère.

C’était une époque où il y avait sans doute trop de confiance ?! Cette anecdote où un employé, avant de s’enfuir avec raison, signale au restaurant qu’il y a le feu ! Et personne ne le croit ! Mais, avec une sonnerie incendie fonctionnant mieux, le restaurant aurait été évacué plus vite.

Incompétence, injustice

Ce drame est un mélange de malchance, de mauvais choix humains et techniques et, sans doute aussi, d’incompétence et d’économies mal placées.

Enfant, j’ai été un peu traumatisé par l’histoire du Titanic qui rappelle beaucoup de ces ingrédients avec un excès d’optimisme et des mauvais choix. Et des hommes et femmes piégés au milieu d’un élément froid et mortel. C’était de l’eau, pas du feu: seule différence de ce piège mortel, qui ne le rend pas moins horrible.

(c) Paris Match

Attentats, foule

J’ai toujours été sensibilisé aux effets de foule: écrasements, panique, etc … Et les attentats injustes et horribles qui se sont déroulés ces dernières années, n’ont fait qu’accentuer cette petite phobie que je garde sous contrôle.

Le 14 juillet 2016, je n’étais pas à Nice, j’étais aux Sables d’Olonne. Plage noire de monde, digue de mer également. Nous y avons assisté d’un endroit où nous ne risquions pas l’écrasement. Et quand tout fut finit, nous avons attendu que la foule se dissipe. Car, ce sont des choses que j’ai toujours faites.

En rentrant à l’hôtel, nous avons allumé la télévision, il y avait l’attentat de Nice qui tournait en boucle. Et j’ai compris que ce genre de précautions n’était certainement pas inutiles même si je n’imaginais pas à quel point.

Je déteste me promener dans la rue Neuve quand elle est noire de monde. Et je ne cesse de penser aux catastrophes possibles. Ca ne m’empêche pas de vivre. Mais j’ai cette angoisse en moi. Et je regrette que ma fille grandisse dans un monde pareil même si je veux la préserver au maximum. C’est une bonne chose qu’elle ne sache pas encore que le monde n’est pas tout rose.

Plus jamais ça, soyons toujours vigilants

Rappelons-nous que cet incendie a touché des milliers de personnes directement et, indirectement, encore au moins dix fois plus. Tous, on a donc de bonnes raisons de se rappeler que jusque dans notre chair, on est liés à cet événement horrible.

Il y a des lois, il y a l’inspection du bien-être au travail (SPF Emploi), il y a nos délégations syndicales. Il est de notre devoir d’alerter les bonnes personnes si on constate des dysfonctionnements dans la sécurité. Chacun, nous pouvons être un héros et éviter des morts ou des blessés évitables.

Parce que, si le pire n’est jamais certain, il est au moins toujours probable ! Cela n’arrive pas qu’aux autres !

Dans ma rue, un marchand de sommeil hébergeait des ouvriers polonais dans un immeuble prévu officiellement pour l’entreposage de matériaux. Certaines fenêtres, évacuations, avaient été fermées par des cloisons. Un incendie s’est déclaré, deux personnes se sont enfuies et deux autres sont mortes, brûlées vives. Des riverains les ont entendu crier !

Des voisins savaient mais la ville n’avait pas été alertée. Et si les responsables payeront, il est trop tard pour deux êtres humains, quelles que soient leurs origines. Dénoncer ce genre de situation, ce n’est pas de la délation, c’est du civisme ! On pense toujours que quelqu’un d’autre va le faire à notre place, que les autorités n’agiront pas, ce n’est pas forcément vrai.

Personnellement, j’ai déjà dénoncé un propriétaire verreux qui louait des kots dans des conditions anormales avec aucune norme respectée. J’ai été me renseigner s’il avait un permis locatif et il n’en avait pas. Par ailleurs, en expliquant la disposition des lieux et les manquements, il m’a été assuré qu’il n’en aurait pas sans de profonds travaux. Je l’ai fais, je ne le regrette pas, et je le referai si c’était nécessaire.

La sécurité, c’est l’affaire de tous.

(c) Le Vif

Il n’est jamais trop tard pour bien faire

Quelque chose qui m’a interpellé, c’est l’absence d’aide psychologique apportée aux victimes. Même cinquante après, je ne pense pas qu’il soit unite d’entamer ce genre de thérapies. Ou d’écouter les survivants pour leur permettre de panser leurs plaies plus facilement.

Pour aller plus loin

Le Paris Match d’il y a cinquante ans

Les photos en couleur (c) du Paris Match de 1967 avec les légendes qui y étaient écrites.

Le film en couleur de la tragédie. C’était la trêve du déjeuner. Sur la façade du magasin un drapeau étoilé annonçait la « quinzaine commerciale américaine ».

C’est la fournaise. Sous l’effet de la chaleur toutes les vitres explosent tour à tour. Mais les montants d’acier des fenêtres sont devenus comme les barreaux d’une prison. Derrière, à tous les étages c’est l’enfer.

Même le fer a fondu. Tout ce qui était de bois, de plastique a brûlé. On ne sait encore, pour combien de Bruxellois, ces décombres sont un tombeau. Des sept étages d’Innovation, il ne reste qu’un cratère géant.

Le toit brûle avant les deux derniers étages. Cette photo souligne un mystère : elle permet de se demander s’il y a un ou plusieurs foyers d’incendie. Sur sa hampe intacte le drapeau américain se consume lentement.

Ma mère possède encore le Paris Match d’il y a cinquante ans et j’ai entièrement scanné et retranscris le reportage sur l’incendie pour le mettre à disposition sur cette page de mon blog.

Média

On retrouve une couverture média importante si ce n’est pour la TV où aucune émission spciale ne semble prévue pour les 50 ans, ce qui me semble particulier même si j’imagine que le JT assurera une couverture importante des commémorations.

Web

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s