Dusty Springfield / Jacques Brel – If you go away / Ne me quitte pas

J’ai découvert récemment la version anglaise de « ne me quitte pas » chantée par Dusty Springfield. Je l’ai beaucoup appréciée et je voulais la partager.

If you go away de Dusty Springfield

Paroles: http://www.lyricsfreak.com/d/dusty+springfield/if+you+go+away_20043891.html

Ne me quitte pas de Jacques Brel

Paroles: http://www.metrolyrics.com/ne-me-quitte-pas-lyrics-jacques-brel.html

Les grosses différences

  • Brel est dans la supplique désespérée. C’est déjà fini, il le sait. Ne me quitte pas n’est pas une chanson de reconquête, c’est une chanson de deuil. Aucune femme ne reviendra par cette chanson, peu importe la beauté et la poésie des paroles.
  • Dans la version de Springfield, c’est déjà un peu moins joué. Certes, elle dit qu’elle sait qu’il va le faire, qu’il doit le faire. Mais, cela veut aussi dire que précisément, ce n’est pas encore fait. Tout comme le titre de la chanson le dit également « si tu t’en vas ».
  • Brel est dans l’abstrait, des grandes idées très mégalo, très imbues de son égo et de toute puissance d’abord puis d’humiliation profonde. Mais très « je » et égocentré dans tous les cas. Et quand il parle de l’autre, c’est pour en faire une Reine, de nouveau un être désincarné et très peu concret et humain.
  • Springfield, évoque aussi la nature, mais reste plus proche du concret et surtout de l’autre et de son sourire, et des expériences qu’ils vont vivre à deux. C’est plus enthousiasmant. Elle évoque aussi ses sentiments, ce que cela lui fera en cas de départ. Ca donne plus envie de rester.
  • Dans sa chanson, Brel parle d’oubli, de pardon. Il semble être à l’origine du départ, avoir commis une faute (une maitresse, une liaison ?). Cette chanson s’adresse probablement à un Amour très fort et officiel.
  • Springfield, elle, ne semble pas avoir quelque chose à se reprocher. Le départ est différent « as I know you must ». Je l’imagine plutôt comme une maitresse devant céder le terrain à l’officielle. Elle ne désire pas qu’il quitte sa vie mais sait qu’il le fera et qu’il le doit car une plus légitime qu’elle compte plus fort. Cela dit, c’est une interprétation très personnelle car la chanson ne donne pas beaucoup d’indices.

Finalement, les deux chansons pourraient très bien être les deux faces d’une même pièce et ça me plait beaucoup. Brel pourrait très bien quitter sa maitresse pour reconquérir sa femme. Et la maitresse pourrait très bien être celle qui ne veut pas être quittée ou abandonnée.

Dans tous les cas, les deux interprétations (de même que les textes) sont magnifiques. Mais, en cas de rupture, je préfère tout de même la version anglaise car je la trouve plus optimiste et pleine d’espoir. Et celle de Brel plus déprimante. Finalement, plus appropriée quand tout est fini. Mais, quand on se fait larguer, on admet rarement rapidement que tout est « déjà » fini et sans espoir même si c’est souvent comme ça malgré tout.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s