T’en vas pas de la chanteuse Elsa (Lunghini)

Cela fait longtemps que je n’ai plus écrit un article dans cette catégorie. Alors, comme j’ai une chanson qui me trotte dans la tête depuis quelques jours, voici un article avec mon interprétation (qui je pense sera différente de celle qui nous vient spontanément). Et comme c’est la fête des pères aujourd’hui, je pense que cette chanson n’est pas totalement hors sujet.

Le vidéo clip et les paroles

Attention cette chanteuse est aussi connue sous le nom d’Elsa Lunghini depuis quelques années mais les anciennes chansons se trouvent sous le nom d’Elsa (sans nom de famille) dans itunes.

Les paroles complètes sont trouvables ici: http://dwinner.free.fr/elsa.html

Que dit la chanson (en gros)

C’est une chanson d’une fille à son père. Qui lui demande de ne pas partir. Une chanson d’amour en fait. De l’amour très fort que la chanteuse peut avoir pour son père et de l’angoisse que peut lui amener l’abandon de son « papa ».

Que ne dit pas la chanson ?

On ne parle pas de la mère, ou si peu. Elle n’existe pas réellement. Bien sur, on suppose très clairement que c’est à cause de la mère que « papa » s’en va. Mais la fille n’est pas déloyale vis-à-vis de sa mère. Elle ne demande pas non plus à son père de rester près de sa mère ou de lui dire qu’il l’aime. Elle ne semble même pas considérer qu’il l’aime encore. Au contraire, il lui demande de se sacrifier, de faire semblant pour rester auprès d’elleS. Pour son bonheur de petite fille. Parce qu’elle sait qu’elle est aimée et qu’il doit faire ce qui est mieux pour « l’amour de sa vie », c’est à dire rester.

Elsa Lunghini - chanteuse française - Lyon - France - 6 fevrier 2012 - DSC0563CC BY-SA 3.0 Ronny Martin Junnilainen — Travail personnel (c)

Elsa Lunghini – chanteuse française – Lyon – France – 6 fevrier 2012 – DSC0563CC BY-SA 3.0
Ronny Martin Junnilainen — Travail personnel (c)

Pourquoi cette chanson me touche-t-elle ?

En tant que père ou en tant que fille, je pense que c’est difficile de ne pas être touché. Il se trouve précisément que j’ai une fille. Que je me battrai toujours pour elle, que c’est effectivement ma priorité dans la vie. L’effet d’identification et les émotions qui viennent avec jouent en plein. Je l’ai fait écouter à ma fille et elle est touchée également dés la première écoute. Il y a des chansons comme celle-là qui sont proches d’une perfection dans le partage des émotions qu’elles nous font subir.

Analyse par couplet

T’en va pas
si tu m‘aimes t’en va pas
papa si tu l’aimes dis lui
qu’elle est la femme de ta vie vie vie
papa ne t’en va pas
on veut pas vivre sans toi
t’en va pas au bout de la nuit

Le sujet de la chanson est amené dés le début: t’en vas pas, si tu m’aimes (me, moi, la chanteuse), t’en vas pas.

La seule chose qui peut laisser du doute, c’est le « on ». Mais le « on » inclut le je. Et ça peut être accepté comme un nous majestatif.

Au bout de la nuit évoque pour moi les problèmes de couple de ses parents. La nuit, c’est le malheur et surtout la mésentente. Au bout, c’est le moment où ces problèmes deviennent insupportables pour le père.

La femme de sa vie, c’est évidemment sa fille. Jamais elle ne penserait autre chose. N’oublions pas que toute la chanson parle d’elle et de son envie de ne pas être abandonnée par son père. Au pire donc, elle aurait parlés DES femmeS de sa vie. Mais si elle parle de la femme de sa vie, c’est évidemment sa fille qui est visée.

Nuit tu me fais peur
nuit tu n’en finis pas
comme un voleur
il est parti sans moi
on ira plus au ciné tous les trois ET papa si tu pensais un peu à moi

Nous gardons la même signification pour « nuit ». Les problèmes de couple. Ils lui font peur car elle en redoute l’issue et ils ne se finissent pas. Elle ne voit pas d’issue favorable ni d’accalmie. A tel point qu’ils vont lui « voler » son père (on ne lui demande pas son avis et elle n’est de toute façon pas d’accord, c’est donc du « vol »).

Il est parti sans moi: toute la cruauté ressentie de l’abandon. Qui s’est un jour retrouvé perdu enfant peut savoir ce qu’on ressent, un sentiment terrible.

Le ciné, c’est la comédie. Faire semblant tous les trois que tout va bien. C’est fini.

« Si tu pensais un peu à moi » rappelle bien ce que je dis depuis le début. La fille s’en fout de sa mère. C’est à elle, sa fille, que le père doit penser au moment de partir.

Où tu vas quand tu t’en va d’ici
j’arrive pas à vivre sans toi

_
avec la femme de ta vie vie vie
papa fais pas d’connerie
quand on s’aime on s’en va pas
on ne part pas en pleine nuit

Même quand il n’est pas là, elle pense à lui. Elle voudrait être avec lui et donc savoir où le retrouver. Sa vie n’a plus de sens sans lui, elle est déprimée ou proche de la dépression.

J’ai fait une coupure dans le couplet pour marquer mon sens de lecture. En vérité, il peut y en avoir deux ou trois:

  • elle n’arrive pas à vivre avec sa mère (elle non plus, mais elle ne peut pas partir contrairement à son père)
  • il ne doit pas faire de connerie avec sa fille (mon interprétation)
  • un mix des deux, elle n’arrive pas à vivre avec sa mère et il ne doit pas faire de conneries avec sa fille (c’est séduisant car cela donne un double sens à la phrase « femme de ta vie » qui désignerait à la fois la femme et la fille, vie est d’ailleurs proche de fille, oralement)

Quand on aime on abandonne pas. On ne part pas en plein naufrage, c’est lâche. Le capitaine n’abandonne pas le navire avant que le naufrage soit fini … et les passagers évacués en sécurité.

Nuit tu me fais peur
nuit tu n’en finis pas
comme un voleur
il est parti sans moi
tu m’emmènera jamais aux USA ET papa j’tassur arrête ton cinéma

Le début a déjà été commenté.

Pour USA, j’ai difficile à dire. Je dirais que ce sont les Etats UNIS d’Amérique. Cela pourrait évoquer la fin de l’union entre les trois.

Une autre interprétation à laquelle je crois moins, c’est le fait de faire un grand voyage, de l’aider à réaliser un rêve avec elle.

Par contre, voyage peut être associé à un désir de fuite dans la symbolique psychanalytique. En fait, elle sait que son père ne la prendra pas avec lui dans sa fuite et elle le regrette. On a donc ici un indice supplémentaire que ce n’est pas le trio qu’elle veut nécessairement reformer. C’est le duo qu’elle forme avec son père qui compte le plus. Ca voudrait dire alors, mais là c’est totalement non-dit, que cette fuite du père pourrait également être sciemment (ou même inconsciemment) organisée par la mère pour casser une relation de laquelle elle est jalouse. Ou de la casser pour toute autre raison (répétition d’un schéma ou d’une expérience vécue notamment).

Les USA sont très loin, cela peut être une métaphore d’un éloignement désiré de la mère le plus loin possible. Cela peut évoquer le désir de fuite qui l’habite également. Il part, mais il ne pense pas à la sauver elle aussi: quel injustice, pense-t-elle, quelle douleur en plus de la séparation.

Si vous encore avez une autre interprétation, svp, commentez en bas de l’article !

Pour « arrête ton cinéma », il s’agit plutôt ici d’arrêter de « faire la comédie ». Autrement dit, « arrêtes de déconner. Je ne peux pas le croire que tu vas pas partir, c’était pour rire, dis ? Allez arrêtes ton cinéma, c’est bon maintenant. Reviens, reste ». Une incrédulité feinte du désespoir. De la méthode Coué à laquelle la chanteuse se raccroche parce qu’elle n’a plus d’autres espoirs … on est à la fin de la chanson (l’histoire n’est donc pas un happy end).

Nuit …. sans moi

avec successivement:

  • papa j’tassure qu’un jour tu reviendras
  • papa j’tassure arrête ton cinéma
  • papa si tu pensais un peu
    si tu pensais un peu à moi
  • tu m’emmeneras jamais aux USA
  • papa j’suis sur qu’un jour tu reviendras

Les derniers couplets sont dans la même veine. Incrédulité, méthode Coué, désespoir. Elle restera seule et devra faire le deuil douloureux de son amour pour son père.

Je rajouterais que « nuit … sans moi » pourrait évoquer également la volonté de fuite d’Elsa. Pour moi cela accentue le fait que ce n’est pas tant la fuite du père qui est critiquée mais sa fuite sans sa fille avec lui.

Reproches ?

La mère n’est que peu évoquée, ni négativement, ni positivement. On confirme bien être surtout dans une relation à deux et pas à trois.

Le plus gros reproche à la mère, c’est celui, suivant l’interprétation qu’on peut donner, que la fille ne peut pas non plus vivre avec sa mère.

Le père se voit demandé de penser « un peu » (au moins certainement, euphémisme) à sa fille. Mais pas de haine malgré l’abandon dont on peut pourtant imaginer les dégâts qu’il fera sur la psychologie de la fille.

Analyse suivant les 5 phases du deuil amoureux

Ces cinq phases ont été trouvées ici: http://mariesoleilcordeau.com/les-5-phases-du-deuil-amoureux. Nous tentons de voir si nous les retrouvons dans la chanson. Pour nous l’amour enfant-parent peut être comparé avec certaines précautions avec celui d’adultes. Il peut donc être intéressant d’utiliser ces phases ici.

La dévastation

T’en va pas

Si tu l’aimes dis lui

Qu’elle est la femme de ta vie

On l’a. La manière de chanter évoque bien le désespoir, l’incrédulité face à ce qui arrive. Ce qu’un être qui aime peut faire et laisser la femme de sa vie.

Le sevrage

on veut pas vivre sans toi

j’arrive pas à vivre sans toi

Plus d’envie de vivre sans sa présence.

L’intériorisation

papa si tu pensais un peu à moi

quand on s’aime on s’en va pas

Est-elle aimée ? qu’a-t-elle fait ? Elle intériorise un peu les raisons pour lesquelles son père est parti. Bien que ce ne soit pas très explicite, on sent quand même un peu de reproche auto adressé. La personne avait cru être aimée, était-ce vraiment le cas ? Qu’a-t-elle pu faire pour qu’il ne l’aime plus et parte ? La question d’amour n’est donc probablement pas purement rhétorique.

La rage

papa j’tassur arrête ton cinéma

C’est évidemment un reproche. Mais ce n’est pas non plus la rage constructive voulue par l’auteure auquelle je me réfère. Cette étape n’est pas évoquée vraiment.

Le relèvement

Rien du tout, au contraire, le sujet n’est pas près de se relever. C’est là aussi qu’on voit la spécificité de l’abandon parental qui est évidemment différent d’un abandon amoureux (mais ce qui n’enlève en rien la possibilité d’avoir les deux dernières étapes, juste plus difficile à faire et à assumer pour un enfant qui a besoin de sécurité).

Conclusion

Magnifique chanson, qui évoque un deuil douloureux. Qui évoque aussi en creux les difficultés relationnelles entre une mère et son mari et entre une mère et son enfant. La relation exclusive entre la fille et son père est ici brisée d’une manière terriblement destructrice. Chanson géniale de par toutes les émotions qu’elle engendre. La voix enfantine, innocente, sans défense d’Elsa ne fait qu’accentuer cela, d’ailleurs.

Evidemment, ce ne sont que les paroles de l’enfant. Mais le vidéo clip est là pour montrer un père calme, aimant. La douleur est pour lui. Ce n’est pas un « choix » qu’il fait. La culpabilité est en lui.

Je donne « raison » à la chanteuse, personnellement. Mais la raison et la vraie vie sont parfois éloignés. Donc je comprends aussi parfaitement le départ du « papa ».

 

Publicités

4 réflexions sur “T’en vas pas de la chanteuse Elsa (Lunghini)

  1. Attention ! La chanson se termine bien : Papa, j’suis sûre qu’un jour tu reviendras. La chanteuse croit que son père va réussir à tout faire pour sauver le couple qu’il forme avec sa mère.

    En fait, elle est triste de cette situation mais pas complètement déprimée non plus;

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s