Conseils pour le passage de la phase 1 de l’accession au niveau A dans l’administration fédérale belge (+ màj sur autres niveaux)

EDIT 13/02/2018: cet article a été écrit pour aider à passer la phase 1 de l’accession au niveau A mais est valable également pour les tests génériques A, B et C (pour les niveaux B et C, j’ai tenté de mettre à jour l’article pour élargir sa portée).

Je lis régulièrement dans la presse des critiques sur les tests du Selor. Pourtant ceux-ci sont objectifs et scientifiques. Ils respectent, en tout cas, les enseignements de la psychologie du travail. Cela les rend, aussi, paradoxalement, plus facilement préparables puisque tout est standardisé. Le plus gros avantage est que chacun est traité de la même manière et que les tests sont connus à l’avance dans les grandes largeurs (et donc une préparation est bel et bien possible).

Dans le présent article, je vais simplement partager mes ressentis et mes conseils après avoir passé et réussi le test abstrait, de jugement situationnel et le bac à courrier pour le niveau A (procédure d’accession). Ces tests sont similaires à ceux utilisés pour d’autres épreuves du niveau A. Les tests Selor changeant régulièrement, ces conseils ne sont évidemment valables que pour le moment où ils ont été écrits. N’hésitez pas à signaler en commentaire les changements opérés pour prévenir les lecteurs de ceux-ci.

En lisant cet article, on devrait en tout cas logiquement être mieux préparé.

Test de raisonnement abstrait niveau A (B et C en bas d’article)

Le raisonnement abstrait B et C se trouvent tout en bas.

Le test se présente de la manière suivante :

–          deux formes imbriquées. Une grande et une petite.

–          Un ou deux dominos. Avec une partie haute et une partie basse. Un chiffre sous forme de points (comme dans un domino) dans la partie haute et basse du domino. L’absence de point peut exister et ne constitue pas, ici, un chiffre (cela aurait pu être zéro) puisqu’il ne provoque pas de changement.

–          Deux formes imbriquées changées selon les chiffres du domino.

–          Cela répété sur trois lignes

–          Enfin, à droite, deux formes imbriquées et un ou deux dominos

–          Et tout en bas, cinq solutions possibles

Les significations des chiffres peuvent être les suivantes :

–          Rond / carré : changement de forme (le 1 dans l’exemple)

–          Trait vertical (le 4 dans l’exemple)

–          Trait horizontal (le 3 dans l’exemple)

–          Changement de couleur (le 2 dans l’exemple)

–          Trait oblique descendant vers la droite (le 5 dans l’exemple)

–          Trait oblique montant vers la droite

On remarquera donc qu’il y a six significations possibles et que les chiffres dans les dominos vont de un à six.

La partie haute et basse du domino s’occupent chacun d’une des deux formes (la grande ou la petite).

Autre chose importante, il y a plusieurs « écran de base ». Les écran de base sont indiquées en haut à gauche. Série 1, 2, 3 … Tant que nous sommes dans le même, les chiffres signifient la même chose et la partie haute et basse du domino changent la même forme.

On dispose d’une feuille de brouillon. Je conseille de l’utiliser pour chaque série afin de faciliter la compréhension des énigmes. Noter 1 à 6 et la signification à côté de même que Haut et bas et l’incidence à côté.

Voici un exemple :

exemple test domino Selor

Dans cet exemple, la partie haut du domino modifie la petite forme. La partie basse modifie la grande forme (si vous connaissez l’un vous connaissez l’autre, cela n’arrive jamais que les deux parties modifient la même chose).

La réponse est D.

La première chose à faire est de découvrir quelle forme, la partie haute ou basse change. Et le noter. Dans les premiers exercices, il y a toujours un domino avec une partie vide. Cela permet de savoir quelle forme la partie non vide change. Une fois qu’on sait cela, c’est très facile. Il suffit simplement d’observer quel action fait chaque chiffre et le noter sur la feuille.

Ensuite, le deuxième niveau de difficulté est de ne plus avoir que des dominos complets. Ou d’avoir deux dominos côte à côte. Pour trouver si c’est la partie haute ou basse qui est modifiée, il faut aller chercher le même chiffre qui est présent deux fois en haut ou en bas. Et puis chercher les changements similaires sur la petite ou grande forme.

Quand il y a plusieurs dominos, il peut être plus difficile de trouver. C’est pour ça qu’il faut bien noter car quand on est dans le deuxième exercice de la même série, il n’y a parfois qu’un ou deux chiffres qui sont encore inconnus. Et il faut commencer par les dominos isolés (cela permet déjà souvent de trouver au moins trois ou quatre chiffres, les dominos par deux contiennent donc déjà alors des chiffres connus et il devient facile de devenir les deux derniers).

Retenez-bien : trouver quelle partie du domino modifie quelle forme. Puis compléter sur la feuille les modifications apportées par chaque chiffre. Enfin, il devient alors facile de deviner l’énigme.

A savoir qu’il arrivera qu’un même chiffre se retrouve deux fois au même endroit dans l’énigme. Il faut comprendre cela comme annulant l’action : faire puis défaire, c’est finalement ne rien changer.

Exemple, le chiffre 3 se retrouve deux fois en bas et ne change donc rien : dominosEgaux

Le bac à courrier niveau A

Compétences évaluées :

Intégrer l’information Établir des liens entre diverses données, concevoir des alternatives et tirer des conclusions adéquates.
Décider Prendre des décisions à partir d’informations (in)complètes et initier des actions ciblées afin de mettre en œuvre les décisions.

C’est la partie la plus difficile et de loin. Difficile également de donner des conseils.

Le premier, c’est que le bac à courrier du niveau A ne ressemble pas à celui du niveau B parce que les compétences évaluées ne sont pas les mêmes. Attendez-vous donc à être perturbés si vous l’avez déjà passé.

Le deuxième, c’est que la feuille de brouillon incite à prendre des notes. Beaucoup trop de notes. Notamment parce que les explications sont hyper nombreuses. Il vaut mieux noter où retrouver les infos que les infos elles-mêmes. En effet, pour les trois tests, nous ne disposons que d’UNE seule feuille A4.

Le troisième, c’est de bien faire les choses dans la séquence demandée. C’est très important. Si c’est d’abord thème et puis importance ou vice-versa, il faut le faire. L’ordinateur enregistre en effet l’ordre dans lequel vous faites les actions. L’importance est déterminée par les tâches que vous devez réaliser. L’urgence est déterminée par les délais que vous avez et qui sont précisés dans l’introduction.

Le dernier conseil est de ne pas avoir peur de faire des choses qui paraissent bizarre ou répétitives (avoir le même thème sur 90% des courriers). Il ne faut pas non plus hésiter et il vaut mieux aller à l’instinct de manière à savoir faire tous les mails. Quitte à revenir plus tard dessus.

Pour ce bac à courrier, le thème est celui d’un centre hospitalier. L’intervenant doit surtout prendre des décisions, demander une prise de décision et transmettre des informations (beaucoup). Egalement, gérer des réunions.

Les compétences étudiées plus particulièrement sont « intégrer l’information » et « décider ». C’est important à savoir au moment de lire l’énoncé ou de traiter les mails. Elles sont différentes des compétences demandées en niveau B et C qui sont « analyser » et « résoudre des problèmes ». C’est pour ça que le bac à courriers est si différent pour le niveau A quand on a été habitué à réussir celui d’un autre niveau.

Quelque chose qui m’a perturbé est qu’on ne sait pas planifier la mise d’un point à l’ordre du jour d’une réunion en même temps qu’une réunion. Je faisais donc cette action la veille. Mais je ne sais pas si c’est la meilleure chose à faire.

Pour le bac à courrier B, c’est la situation d’un service d’Achat et logistique en une maison de repos.

Test de jugement situationnel niveau A, B et C

Compétences évaluées en niveau A (les autres niveau plus bas) :

Travailler en équipe Créer et améliorer l’esprit d’équipe en partageant ses avis et ses idées et en contribuant à la résolution de conflits entre collègues.
S’auto-développer Planifier et gérer de manière active son propre développement en fonction de ses possibilités, intérêts et ambition, en remettant en question de façon critique son propre fonctionnement et en s’enrichissant continuellement par de nouvelles idées et approches, compétences et connaissances.
Atteindre les objectifs S’impliquer et démontrer de la volonté et de l’ambition afin de générer des résultats et assumer la responsabilité de la qualité des actions entreprises.
Agir de manière orientée service Accompagner des clients internes et externes de manière transparente, intègre et objective, leur fournir un service personnalisé et entretenir des contacts constructifs.
Faire preuve de fiabilité Agir de manière intègre, conformément aux attentes de l’organisation, respecter la confidentialité et les engagements et éviter toute forme de partialité.

Le test se présente de la manière suivante : vous avez une situation qui est racontée, quatre réactions et l’obligation de coter ces réactions de – – à + +.

Exemple :

Situation

Vous avez remarqué que vos collègues trafiquaient les cartes de pointage. Un jour, l’un de ceux-ci part plus tôt et vous demande de pointer les cartes de vos collègues à sa place.

Propositions

A. Vous acceptez et promettez de ne rien dire.  – –

B. Vous ne voulez pas le faire mais promettez de ne rien en dire. +-

C. Vous dites que ça ne peut pas durer et qu’il ne faut pas le faire. Vous demandez à votre collègue de ne plus le faire. +

D. Vous refusez, demandez de ne plus le faire et vous engagez à le signaler à votre chef si vous voyez faire encore une fois. ++

C’est moi qui établit les la situation et les propositions. Mais l’idée est là. Ici, c’est la compétence intégrité qui est examinée. Pas celle du travail en équipe (je pense). Donc, ne pas hésiter à aller même plus loin de ce qu’on ferait car seule la compétence intégrité doit être prise en compte.

Si on passe ce test au « feeling », on a de bonnes chances de le réussir (entre 50 et 60%) mais j’ai déjà aussi vu des échecs un peu en dessous de 50%.

Celui qui veut, par contre, maximiser ses résultats ou ses chances de réussite doit comprendre le fonctionnement du test. Si je le comprends bien, chaque cas ne se rapporte qu’à une seule compétence. La première chose à trouver est donc la compétence étudiée (par exemple : travail en équipe). Ensuite, une fois qu’on a cette compétence en tête, il est beaucoup plus facile de savoir si la réaction proposée est adéquate ou pas.

Il est possible que ce soit plus compliqué que cela et que certaines propositions se rapportent à plusieurs compétences. En tous les cas, il faut connaitre les compétences génériques du niveau A (cf plus haut). Après, savoir où on met le curseur (+ + ou + ?) est assez subjectif et je ne sais pas comment le test donne les points (faut-il avoir exactement les mêmes réponses ?).

Pour le niveau B et le niveau C. Merci beaucoup à Sabine 🙂 qui a donné les compétences analysées en commentaires. J’ai vérifié pour le niveau C sur base du dernier examen Selor fin 2016 et elles sont les mêmes.

  • Atteindre les objectifs (S’impliquer et démontrer de la volonté et de l’ambition afin de générer des résultats et assumer la responsabilité de la qualité des actions entreprises)
  • Analyser l’information (Analyser de manière ciblée les données et juger d’un œil critique l’information)
  • Travailler en équipe (Créer et améliorer l’esprit d’équipe en partageant ses avis et ses idées et en contribuant à la résolution de conflits entre collègues.)
  • Agir de manière orientée service (Accompagner des clients internes et externes de manière transparente, intègre et objective, leur fournir un service personnalisé et entretenir des contacts constructifs)
  • Faire preuve de fiabilité (Agir de manière intègre, conformément aux attentes de l’organisation, respecter la confidentialité et les engagements et éviter toute forme de partialité)
  • S’auto-développer (Planifier et gérer de manière active son propre développement en fonction de ses possibilités, intérêts et ambition, en remettant en question de façon critique son propre fonctionnement et en s’enrichissant continuellement par de nouvelles idées et approches, compétences et connaissances)
  • Résoudre les problèmes (Traiter et résoudre les problèmes de manière autonome, chercher des alternatives et mettre en œuvre les solutions)

Raisonnement abstrait niveau B

Pour le niveau B, ce sont des « dés » qui sont utilisés. Un dé, finalement, c’est une moitié de Domino. Et le test est donc moitié moins complexe que celui du niveau A. Il ne faut pas chercher si la modification concerne la petite ou la grande forme. Il faut juste voir quelle modification effectue chaque numéro.

Suivant la difficulté, il y a entre 2 et 4 dés par ligne. (merci à Laura pour toutes les infos).

Fondamentalement, si ce n’est sur la forme, ce test ne diffère donc, semble-t-il, pas beaucoup du C. (si vous avez des infos contraires, merci de me le signaler, vu que je ne l’ai jamais fait personnellement). Je vous renvoie donc au chapitre directement ci-dessous.

Raisonnement abstrait niveau C

Le site du Selor permet de s’entrainer au raisonnement abstrait niveau C. Il se présente différemment que celui qu’on a vu plus haut :

exemple6

 

Pour s’y entrainer, il faut aller sur http://www.selor.be/fr/tests/tests-sur-pc/capacit%C3%A9-de-raisonnement-abstrait/

(les réponses sont: 1. A ; 2. A ; 3. C ; 4. C ; 5. A et 6. D)

Moi, je convertis les « boutons » en des numéros, cela me parait plus facile mais chacun fait comme il veut. Le premier bouton devient donc 1, le deuxième 2, etc …

On peut être tenté d’aller chercher la signification uniquement des boutons dont on a besoin. C’est un mauvais calcul, intuitivement, j’ai l’impression qu’on se trompe plus facilement en le faisant. Le mieux est sans doute de noter tous les boutons et d’en chercher la signification puis seulement de résoudre l’énigme.

Les différentes significations, si on part de l’exemple, semblent être: couleur, taille, forme, horizontal, vertical et changement de sens des barres.

Dans l’exemple de la copie d’écran: 1: couleur; 2: sens barre; 3: taille; 4: forme.

Les changements 1 et 3 doivent être appliqués aux formes de base. Le changement 1 isole déjà D et E. Le changement 3 décide de la réponse D. En effet D a une couleur différente et une taille différente.

Pour trouver la signification des boutons, il y a plusieurs méthodes:

  • la première consiste à noter tous les changements ligne par ligne, puis chercher les changements communs pour les boutons qui s’appliquent à plusieurs lignes et déterminer les boutons restant par élimination
  • la deuxième consiste à comparer deux lignes qui ont un bouton en commun et un qui ne l’est pas. Quand on a trouvé le changement commun aux deux lignes, on a aussi trouvé le changement de l’autre bouton. Cette méthode-ci me parait plus économe au niveau de l’espace pris sur la feuille de brouillon
  • dans tous les cas, il faut noter sur la feuille de brouillon les différents boutons (1, 3, 4 par exemple) utilisés dans l’énigme et puis noter à côté une notation abrégé comme par exemple F (forme), H (horizontal), V (vertical), C (couleur), S (sens barre), T (taille). Il faut bien comprendre qu’aucun de ces exercices n’est vraiment difficile. Mais l’ennemi c’est le temps et ça demande une excellente organisation !

Changements …

D’autres tests, appelés « suites logiques » ont été utilisés pour l’abstrait pour l’ordre judiciaire et seront peut-être encore utilisés pour de nouveaux tests. N’hésitez pas à nous faire du feedback et à nous le communiquer si vous voyez ce genre de test au Selor.

En voici un exemple tiré du livre d’ORSEU :

Capture20180721

Aide pratique

La CSC Services Publics organise régulièrement des formations pour ses affiliés, voir le site: https://csc-services-publics.csc-en-ligne.be/Formations/Formations.html

Un blogueur a décidé de mettre à votre disposition des exercices gratuits pour le test abstrait : https://philou.home.blog/

The counselor (le cartel) : trop de questions sans réponse ?

[Edit: en attendant que je mette à jour l’article, je vous conseille de compléter la lecture de celui-ci par celle des commentaires et notamment celui de Mehdi du 9 mai qui donne une explication intéressante et convaincante au film]

J’ai profité dernièrement d’une sortie au cinéma pour aller voir le film « The Counselor » (VO) ou, autrement dit, « Le Cartel » (VF).

Le film étant ce qu’il est, je ne vais pas faire une critique habituelle (réflexions à partir d’éléments du film et/ou analyse de parties de celui-ci). N’ayant pas beaucoup de temps non plus, je vais me contenter de relater, selon moi, les questions qui peuvent venir à l’esprit à la vue du film et y ajouter quelques commentaires. Cela fait une période assez longue que je l’ai vu (deux semaines ?), je me base donc sur ma mémoire et mes souvenirs. Je tâcherai de revenir sur une critique plus complète quand j’aurai le DVD.

ATTENTION, SPOILERS ! Ne lisez pas la suite si vous n’avez pas vu le film.

Résumé succinct

Le film est basé sur un thème assez clair: « tout ce que vous faites a des conséquences ». Le corollaire est que « même si vous le savez, vous minimisez toujours les conséquences possibles jusqu’à ce qu’il soit trop tard ». Par ailleurs, « une fois qu’on a pris une route, il n’est pas possible de revenir en arrière mais ce n’est pas toujours facile de s’en rendre compte ». Enfin, ce n’est pas toujours vous qui payez pour vos actes mais des proches totalement innocents si ce n’est qu’ils ont fermé les yeux sur ce qu’ils ne voulaient pas voir.

Une autre thématique est celle de l’Amour qui vous fait oublier tous les dangers et qui vous fait faire n’importe quoi pour plaire à l’être aimé.

Pour l’histoire, en bref, nous avons un avocat pénaliste au train de vie luxueux et trop coûteux qui est amoureux d’une belle et qui lui offre un diamant au prix très important. Acculé par des dettes, il décide de répondre à une proposition d’une connaissance trempant dans le trafic de drogue. Au même moment, un motard qu’il avait libéré se fait tuer et met en danger la livraison d’une cargaison. Pour la « maison mère », il n’y a pas de coïncidence et il faut « fermer » cette filiale. Les protagonistes essaient donc d’échapper à la mafia mais se font tous rattraper d’une manière ou d’une autre. Ça parait exagérément simple, mais si je ne dévoile pas la fin ici, cela ne rajouterait qu’une ou deux lignes. On peut donc voir, que l’histoire n’est pas excessivement développée.

Cela n’enlève rien au fait que j’ai trouvé le film intéressant pour ses dialogues savoureux, ses magnifiques images et sa morale pas si simpliste. Par contre, si on réfléchit, le film laisse trop de trous pour la compréhension. Tellement qu’on peut se demander s’il n’y en a pas « un peu trop » et même si le film garde encore un intérêt.

Allons-y pour les questions (il faut avoir vu le film pour comprendre) :

Si vous avez d’autres réponses, n’hésitez pas à commenter en fin d’article.

Mais, que devait faire notre héros dans ce trafic ??

Jamais expliqué. On voit que le passage de drogue d’un pays à l’autre se fait grâce à des manœuvres de la classe populaire. Pas des avocats riches. Tout le transport de la drogue se passe en dehors de nos trois héros impliqués dans le trafic. La personne qui réceptionne est un client, pas un membre de l’organisation.

La réponse qui me vient à l’esprit est liée au blanchiment d’argent. Mais ça n’a que peu de lien avec le transport de la drogue (qui est pourtant mis en avant). Toutefois, depuis la première demande il y a deux ans, le blanchiment semble se passer très bien sans le concours de l’avocat. Oui, ils vont ouvrir ensemble une boite de nuit. Mais le copain de l’avocat n’arrête pas d’en ouvrir. On dirait presque que c’est plus un service qu’il lui rend que l’inverse. D’ailleurs, l’avocat est mis en garde régulièrement, comme si on voulait le prévenir que ce n’est pas son monde et qu’il ne devrait pas accepter (pourtant, l’idée ne vient pas de lui au départ …).

Quel est le rôle de Brad Pitt ?

Je pense que son rôle est de jouer les intermédiaires pour le blanchiment d’argent. Il prend sa part à chaque fois. L’avocat est une personne neutre et inconnue de la justice (enfin, façon de parler, mais disons qu’il a un casier vierge). On peut donc penser que c’est plus sécurisé de passer par un tiers pour investir l’argent.

Comment Miss Léopard a-t-elle fait pour faire coffrer le fils (et la mère avant ?) puis faire commettre d’office l’avocat pour défendre la mère ?

Que la mafia ait le bras long, pourquoi pas. Mais là, elle a réussi à faire arrêter le fils, la mère puis à faire commettre d’office un avocat. Et elle avait en plus prévu que l’avocat, par pure bonté d’âme (!!!) et sans même connaitre tous les griefs reprochés au trafiquant, allait allonger une caution importante (alors qu’il a lui-même des problèmes d’argent : rappelons que c’est pour ça qu’il s’engage dans la mafia !).

Ca parait quand même un peu tarabiscoté.

Or, tout le plan est basé là-dessus. Et sur le fait qu’elle savait que l’avocat allait tomber amoureux, offrir un diamant, être à sec et s’engager dans la mafia. Car, oui, en plus ce plan n’était possible qu’avec un avocat. On pourrait limite se demander si son amoureuse n’est pas au courant et dans la combine. Mais une scène du film démontre le contraire: elle est très naïve, elle aussi et ne semble même pas nécessairement vénale.

Comment le cartel a-t-il pu localiser nos deux tourtereaux ?

Là, je pencherais sur un piratage du PC. Ce qui parait réaliste. Mais qui amène à une autre interrogation …

Pourquoi notre avocat n’est-il paranoïaque qu’à moitié ?

Il jette carrément son GSM. Il imagine donc qu’on a été jusqu’à pouvoir pirater son téléphone portable ou que le cartel dispose de possibilités d’écoutes ou de géolocalisation. Le genre de trucs quand même pas à la portée de tout le monde. Mais, par contre, il téléphone à sa douce, ne lui dit absolument pas de prendre les mêmes précautions, la laisse faire des recherches sur un ordinateur (largement plus facilement piratable).

Pourquoi sa femme et pas lui ?

Là, c’est simple, une vengeance plus terrible que de simplement lui ôter la vie.

Quelle rôle Miss Léopard a-t-elle dans le Cartel ?

Elle le dit, elle a toujours su ou se trouvait le convoi. Elle a des moyens financiers très importants. Des relations nombreuses. Un pouvoir énorme. Elle dirige à plusieurs reprises des hommes du Cartel (notamment à la fin). A un moment, je me suis demandé si elle n’était pas tout simplement la patronne du Cartel. Sauf que la fin de l’histoire me semble compromettre cette hypothèse. En tout cas on ne le sait pas. Mais elle qui a bien vu à quel point le Cartel ne lâche personne pense pouvoir s’enfuir sans problème. Car si elle fait partie du Cartel, son évanouissement paraitra quand même encore plus suspect que la seule coïncidence de l’avocat qui libère un détenu.

A propos de la mort du fou de vitesse en moto ?

Est-ce une coïncidence douteuse ? L’avocat ne connaissait même pas son existence au sein du Cartel. Et vu le fonctionnement de celui-ci n’aurait jamais pu la connaitre et certainement pas son parcours.

Il est tué pour se rendre sur le lieu d’entreposage des camions. OK. Mais ce lieu n’est pas gardé ?

C’est sa mère qui a demandé à l’avocat de le libérer. Et elle est dans le cartel. Sans elle, il ne connaissait pas son existence. Et il ne savait même pas qu’il était impliqué dans le trafic. Pourquoi met-elle un contrat sur sa tête ? Elle sait qu’il n’a rien à voir dans l’histoire. Et elle ne semble même pas avoir d’argent puisqu’elle a un commis d’office donc elle ne peut même pas payer le contrat. En plus, elle n’est au courant de l’emprisonnement de son fils que grâce à un coup de fil (alors que le fils aurait pu appeler un avocat, il appelle sa mère en prison … elle a un téléphone dans sa cellule ??). Il y a un enchainement d’évènements qui tient du miracle.

Pourquoi roule-t-il comme un taré alors qu’il n’est même pas en mission ? Il prend le risque, pour rien, de se faire gauler. Et c’est même d’ailleurs ce qu’il fait. Ca attire à mort l’attention sur lui. Etonnant qu’un gars aussi con ne se soit pas encore fait virer du cartel depuis longtemps.

Et d’ailleurs, comment sa mère sait qu’il est mort la nuit ou ça arrive ? Soit, elle voyante, soit elle est dans le plan. Je pense qu’elle est dans le plan car elle ne peut que logiquement y être. Ca veut dire qu’une mère a participé à un plan dont elle savait qu’il allait tuer son fils … pour enrichir Madame Léopard ?? Mais comment a-t-elle fait pour la convaincre ?

N’y a-t-il jamais personne qui passe sur cette route ?

Oui, le fil est tendu, me semble-t-il, en journée. Et c’est la nuit que passe le motard. Un dispositif très rigide, qu’on enlève pas comme ça en une seconde. Donc ça veut dire que durant des heures, absolument PERSONNE n’est passé sur cette route.

Le but, c’était donc de prendre l’argent de Brad Pitt ?

Tout ce plan, ou son amant meurt (mais elle le voulait vivant … pourquoi ? elle l’aime donc vraiment ?), ou une gentille fille meurt horriblement, ou un avocat est détruit, ou d’autres personnes meurent encore dont des gens du Cartel (mais on peut admettre qu’elle s’en foute) avait pour seul but de faire fuir Brad Pitt pour lui piquer ses codes secrets sur son ordinateur puis de le tuer. En plein Londres. Et devant plein de témoins. C’est mieux que de faire ça dans le désert ?

Pour ça il fallait pouvoir le tracer, savoir quel avion il allait prendre. Ca suppose donc qu’on savait ou il était, quand il y était et ce qu’il faisait avec son ordinateur (piratage). Et avant même qu’il le fasse puisqu’il faut être à Londres avant lui ! Or, il part précipitamment.

On peut se dire que Madame Léopard, puisqu’elle pense quitter le Cartel s’en fout de l’avenir de celui-ci et de couper une branche « honnête » et sans problème comme dégât collatéral. Mais, quand même, n’était-il pas plus simple de pirater le PC aux Etats-Unis ? D’ailleurs, justement, puisqu’il semblait déjà piraté, ne pouvait-elle pas déjà connaitre les comptes et les codes ? A cela, on peut se dire qu’elle le fait afin de ne pas éveiller les soupçons sur sa propre personne. Mais elle éveille de toute façon les soupçons en prenant sa retraite. Cela dit, c’est quand même moins suspect puisqu’elle peut le faire simplement pour éviter d’être la prochaine cible.

Devait-elle simplement couper la branche ?

Non. Parce qu’il n’y avait pas besoin de plan pour cela. Et pas de nécessité. Sauf si on considère que la branche devenait trop visible et qu’elle allait se faire prendre tôt ou tard. Ce qui n’est pas impossible. Il pouvait donc y avoir une nécessité mais le plan restait superflu. La mafia n’a pas besoin de prétexte pour fermer une filiale.

Mais alors, la morale ?

Peut-être que si tout le film parle d’un plan d’une femme en recherche de retraite et d’argent et qui y parvient en tuant plein de gens, la morale n’est finalement pas ce qu’elle me semble vouloir être au départ. Car, oui, elle y réussit et le film ne montre rien d’autre à la fin permettant de penser le contraire. Je ne contredits pas ce que j’écrivais au début. Pas totalement. Mais je contredis le côté « gentil » qu’on peut donner à la morale du film, à première vue (faites le bien, sinon …).

Cela n’enlève rien aux autres morales. Mais les atténue quand même. Car, elle, ne paye pas la conséquence de ses actes. Par contre, elle est gagnante de s’être retirée à temps. Et ce n’est pas exactement la même morale. Si on réunit les deux histoires, celle de ceux qui perdent et qui gagnent, c’est la même chose en filigranes. Sachez vous retirer à temps. Faites le mal, mais soyez cyniques et prévoyants. Et arnaquez les autres de manière machiavélique. Ne soyez pas un ange naïf. Et alors vous vous en sortirez très bien.

Finalement, vu comme ça, ce film fait froid dans le dos.

Conclusion

En conclusion, il y a trop de trucs bizarres dans ce film. Et plus on réfléchit, moins on le comprend. Mon opinion est que ce film avait un message à faire passer et tout le reste a été bâti autour de ce message. Mais ça n’en fait pas un « film » même si ça reste plaisant à regarder (paradoxalement).

Surtout que, finalement, les réalisateurs ne semblent même pas (ou alors, c’est terrible) avoir compris eux-même le message de leur film.