Coopération au développement à la Province de Namur

La Province a une politique en matière de coopération au développement. Sur le site internet, aucune page n’y est pourtant consacrée, on ne semble pas beaucoup vouloir en faire la publicité. Je me dirige donc vers les « finances » pour tenter d’en savoir plus sur les montants investis dans le domaine mais les graphiques budgétaires ne mentionnent pas la coopération au développement. La note de politique générale 2012 n’en parle pas plus.

Des recherches sur internet mentionnent pourtant que la Province est active et cela via une ASBL. Il s’agit de l’ASBL Soutien aux pays de la francophonie. Sur la banque carrefour des entreprises, version publique, on peut accéder à sa fiche ici. La lecture du Moniteur Belge donne l’impression que l’ASBL est dans les faits sous contrôle provincial.

Cette ASBL a fait parler d’elle en 2009 dans le journal l’avenir et Jean Louis Close a répondu aux accusations sur son blog (comme ça, vous avez les deux versions). Depuis, ces incidents, les choses semblent s’être améliorées puisqu’il y a maintenant un contrat de gestion (conclu fin 2009, juste après les sorties médiatiques, vous pouvez le consulter en suivant le lien cg 2009 2012 asbl soutien pays fr). On peut espérer que l’exposition médiatique a renforcé le contrôle de gestion au sein de l’ASBL.

En continuant mes recherches, je vois que c’est le 22/11/2011 que l’ASBL apparait pour la dernière fois à l’ordre du jour du conseil provincial, il y était question d’une évaluation qui était réalisée pour le contrôle du contrat de gestion. Cette dernière est introuvable sur le site internet ou dans le bulletin provincial.

Le contrat de gestion avec l’ASBL devra être renouvelé après les élections. Pour moi, ce sera l’occasion de poser de débattre en profondeur de la manière dont la Province organise sa coopération au développement et de poser plusieurs questions :

  • faut-il passer par une ASBL privée provinciale ? ne peut-on pas plutôt passer par une ONG spécifique ayant une taille suffisante ? ou par les services de l’administration provinciale ?
  • quel que soit la forme choisie, ne faudrait-il pas beaucoup plus de transparence ? est-il normal de devoir chercher dans tous les sens pour avoir des informations intéressantes alors que le site internet devrait, de lui-même, rassembler toutes ces informations
  • la Province est-elle le lieu le plus adéquat pour faire de la coopération au développement quand c’est normalement le rôle d’autres niveaux de pouvoir ? on risque d’être en porte à faux vis-à-vis de ces autres niveaux de pouvoir si on ne se concerte pas assez avec eux, au minimum. Dans le cas présent « soutien aux pays de la francophonie », cela semble relever des compétences de la communauté française qui a elle-même un département international.
  • ne faudrait-il pas de concentrer sur les pays dont nous avons été les « colons » et avec lesquels nous avons les liens les plus forts ?

Au moins là dessus, je pense que le débat devra s’ouvrir nécessairement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s