La placardisation dans les administrations

[article mis à jour le 09/03/2013 et le 15/09/2014]

Voici un sujet qui me tient à coeur. D’abord parce que je suis fonctionnaire, ensuite parce que j’aime la bonne gestion et, enfin, parce que c’est un gros problème de Gestion des Ressources Humaines et que c’est un peu mon domaine d’études.

Petite définition de la placardisation (après une recherche rapide sur internet, je n’en ait pas trouvé de satisfaisante) par moi-même:

La mise au placard d’un agent est le fait de lui retirer tout travail et/ou de détériorier fortement son environnement de travail (local, bureau, absence de lumière) tout en le mettant à l’écart de ses collègues. Il s’agit d’une forme de harcèlement moral. Les raisons peuvent être diverses. Parfois le placard existe dés le départ car le recrutement se fait pour une fonction pour laquelle il n’existe pas suffisamment de travail. Dans ce cas, le placard n’est pas intentionnel mais n’en fait pas pour autant moins de dégât. Cette situation est vécue comme une honte et sera cachée le plus souvent à l’entourage. Des techniques seront même parfois mises en oeuvre pour simuler un excès de travail ce qui rend la détection de ce type de situation paradoxalement plus difficile.

Zoé Shepard (de son vrai nom Aurélie Boullet) a écrit deux livres. Un premier « Asbolument débordée » et un deuxième « Ta carrière est finie« . Je vous les recommande tous les deux. Le premier est plus humoristique, le deuxième un peu plus dramatique mais tous les deux sont « réalistes » et certainement intéressants.

A propos de « ta carrière est finie » qui évoque plus particulièrement la placardisation, je vous invite à regarder la vidéo suivante présentant une petite interview de l’auteure. Elle ne dure que quatre minutes et, même si vous avez déjà lu le livre, ça rafraichit un peu en mémoire certains messages de ce dernier.

La Province de Namur est une grosse administration (plus de 1000 agents). Le risque que des gens se retrouvent dans un placard existe. Il est même certain car la Province a déjà été condamnée pour un fait pareil (cf cet article dans l’avenir) [mise à jour du 09/03/2013: nouvel article de l’avenir ou on confirme la condamnation] [mise à jour du 15/09/2014: article où on précise que les coupables ont été punis par leur parti]. Ce qui s’est passé pour cette femme est inqualifiable et n’aurait jamais du se produire. L’article évoque également d’autres pratiques qu’on dit « du passé » mais dont rien ne garantit qu’elles n’existent pas encore aujourd’hui.

Ce que je voudrais pour la Province de Namur, c’est une Gestion des Ressources Humaines qui soit attentive à détecter les placards, qui y mette fin et qui punisse ceux qui y ont recours. Et qui soutienne ceux qui l’ont subit. Ca passe par d’autres pratiques de gestion et l’oubli total des pratiques du passé comme celles dénoncées dans l’article (voir plus haut). La majorité actuelle étant là depuis 1985, elle se dédouanera difficilement de sa responsabilité dans cette affaire.

J’ai déjà quelques idées qui pourraient être mises en pratique par une nouvelle majorité:

– coaching et accompagnement des carrières par des agents de la cellule RH

– analyse des besoins et des fonctionnements des services avant tout recrutement ou tout remplacement de départ à la retraite (et réalisation de ce travail par des gens qualifiés, de préférence l’audit interne)

– analyse des taux de turn over et d’absentéisme par service ou équipe et enquête lorsque les taux se révèlent alarmants

– mise en place d’une manière anonyme, pour le service RH, de recevoir des plaintes sur le fonctionnement d’un service

– création d’une cellule d’audit interne placée directement sous l’autorité d’un chef ne devant rendre des comptes qu’au Conseil Provincial et désigné par ce dernier après appel à candidature large

– mise en place de procédures de mobilité interne facilitées permettant à des agents de s’investir dans des projets de l’institution sur une part de leur temps de travail ou de changer de fonction facilement et rapidement sur accord de l’audit interne

Si vous avez d’autres idées pour faire avancer le schmilblick ou des critiques sur les idées émises ici, n’hésitez pas.

Publicités

Une réflexion sur “La placardisation dans les administrations

  1. Pingback: Commentaires sur la loi relative à la dénonciation d’une atteinte suspectée à l’intégrité au sein d’une autorité administrative fédérale par un membre de son personnel | Blog d'Aurian

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s